Album posthume, rééditions… Les recettes des ventes d'albums du rockeur ne cessent de croître. Depuis son décès en décembre 2017, des millions d'euros auraient déjà été engendrés.

Johnny Hallyday rapporte toujours gros à ses héritiers : des chiffres records

2,7 millions ! C’est le nombre de disques vendus depuis sa disparition, la nuit du 5 au 6 décembre 2017.Depuis sa sortie mi-octobre 2018, son album posthume Mon Pays c’est l’amour, s’est écoulé à 1,7 million d’exemplaires, dont 200 000 à l’étranger. Cela le classe d’ailleurs à la 5e place des ventes d’albums physiques dans le monde en 2018, indique Le Parisien.

Publicité
Publicité

Mais qu’en est-il des ventes du "back catalogue", tenues secrètes en raison de la bataille judiciaire opposant les deux premiers enfants du chanteur à leur belle-mère, Laeticia ?

Selon les calculs du quotidien, les disques du rockeur sortis il y a plus de deux ans, sur la même période, ont également connu un fort succès : "Elles dépassent le million, si l’on cumule les ventes d’Universal – le label de Johnny de 1961 à 2004, soit 44 albums et plus d’un millier de chansons – et celles de Warner, le label de ses sept derniers albums." Dans le détail, dès sa disparition, les deux labels ont vendu 500 000 CD, dont 385 000 compilations.