Agressée avec une arme factice. Ce jeudi 11 avril après-midi, une enseignante du collège Elsa Triolet, à Saint-Denis, a été braquée dans sa classe, devant ses élèves de quatrième. Un phénomène non "ponctuel".
IllustrationIstock

"Les violences, c’est tout le temps". Encore sous le choc, la professeure du collège Elsa Triolet à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), revient sur l’incident survenu ce jeudi 11 avril vers 15 heures dans sa classe.Alors qu’elle donne cours à des élèves de 4e dans une salle au rez-de-chaussée, elle aperçoit un groupe de trois jeunes d'une quinzaine d'années qui interpelle ses élèves, rapporte France Inter.

Publicité

C’est alors qu’un pavé est lancé en direction de la classe. Après avoir reçu des insultes, l’un d’entre eux escalade le grillage et fait irruption dans la salle.

"C'est un attentat" !

"Il a crié "c'est un attentat", il m'a insultée et a pointé un pistolet à billes sur moi. Il a tiré trois fois en direction de mon visage", témoigne la professeure. 

Publicité

Et d'ajouter : "J'ai mis ma main et les billes ont atterri sur ma main. J'étais dans la sidération parce que je ne connaissais pas l'individu".

Quelle serait la raison de cet acte ? Selon elle, elle a été attaquée parce qu'elle était prof. Elle n'a toutefois pas encore eu l’occasion de revenir sur cette violente agression avec ses élèves. Elle atteste en revanche que "ce n'est pas un évènement ponctuel. L'incident est d'une extrême gravité mais les violences, c'est tout le temps. Dans la seule journée d'hier, outre cette agression, un taser a été introduit dans l'établissement par un élève de 6e et il y a eu un départ de feu à la cantine."

C’est d’ailleurs ce que dénonce le personnel dans le communiqué distribué au sein du collège ce vendredi 12 avril 2019 :

"Encore un braquage d'une enseignante dans un collège. À Saint-Denis comme ailleurs, ça suffit !"

Car dans la ville et le département, les problèmes de sécurité sont récurrents… A quoi cela est-il dû ?