Décrite comme "froussarde" par ses proches, n'osant pas s'aventurer seule dans une pièce obscure, pourquoi Delphine Jubillar serait-elle sortie en pleine nuit ? Le mystère demeure.
Sommaire
Delphine Jubillar "froussarde" : une sortie en pleine nuit qui interrogeAFP

Six mois de silence qui se sont peut-être joués en quelques minutes. Delphine Jubillar a quitté son domicile de Cagnac-les-Mines (Tarn) dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, probablement entre 23 heures et 4h30 du matin. Un laps de temps très long lorsqu’il s’agit d’une enquête pour disparition inquiétante, auquel s’ajoute l’absence de corps ou d’une scène de crime, dans le pire des cas. Les proches de la jeune femme attendent des réponses à leurs questions depuis bientôt plus de six mois, mais le mystère semble s’épaissir de plus en plus, malgré les progrès de l’enquête.

Pour l’heure, très peu de choses sont certaines autour de cette nuit d’hiver. À dix jours des fêtes de Noël, l’infirmière de 33 ans profite d’une soirée de vacances avec son fils Louis et son mari Cédric. En instance de séparation, le couple continue d’avoir de bonnes relations selon ce dernier et a prévu de se séparer physiquement au début de la nouvelle année. Parti se coucher plus tôt que son épouse, le trentenaire remarquera sa disparition dans la nuit avant de la signaler aux forces de l’ordre.

Delphine Jubillar : ses collègues se mobilisent

À ce moment-là, personne ne sait si Delphine Jubillar est partie volontairement en pleine nuit ou s’il lui est arrivé quelque chose de plus grave. Les premiers éléments orientent pourtant les gendarmes d’Albi et de Toulouse sur la piste d’une disparition inquiétante, car la jeune femme n’a pas le profil pour disparaître du jour au lendemain. Deux enfants dont elle est fusionnelle, de nombreuses amies, une vie qui s’apprête à prendre un tournant… La Tarnaise semble appréciée de tous, de ses connaissances à sa famille, en passant par ses collègues.

Ces derniers, très discrets depuis le début de l’affaire, ont aussi été interrogés par les forces de l’ordre à l’ouverture de l’enquête. Alors que les amies de Delphine Jubillar multiplient les fouilles, à la recherche du moindre indice, les infirmiers de la clinique Claude-Bernard d'Albi ont eux aussi décidé de se mobiliser le 12 juin prochain, en organisant une marche silencieuse. Interrogés par La Dépêche, ils confient leurs souvenirs auprès de celle qu’ils décrivent comme une professionnelle dévouée et s’interrogent sur un élément de l’enquête…

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.