Ecouter l'article :

En dépit des mesures de distanciation sociales décidées par le président de la République, certains n'hésitent pas à aller à la plage. Une pratique répréhensible et qui pourrait leur coûter cher.
Confinement : a-t-on le droit de se baigner ?IllustrationAFP

L'accès aux côtes aurait pu être barré de palissades, mais cela n'aurait probablement pas suffit. Récemment, une femme a trouvé le moyen de gagner la plage de Quiberon (Morbihan, Bretagne), où elle s'est baignée indique Ouest-France. Une sortie qui, de toute évidence, n'est pas autorisée en période de confinement puisqu'elle a finalement été contrôlée par les forces de l'ordre. Elle a ensuite écopé d'une amende de 135 euros pour non respect des mesures d'isolement telles que décidées par le chef de l’État et entrées en vigueur le 17 mars 2020.

Elle est loin d'être la seule à avoir été verbalisée pour ce type de raison. A Royan, en Charente-Maritime, des touristes parisiens ont écopé des mêmes sanctions. Cette fois-ci l'accès à la plage était véritablement bloqués à l'aide de barricades – et interdit après publication d'un arrêté préfectoral – rapporte BFMTV, sur la base des informations de Ouest-France, encore.

Peut-on encore se baigner en France ?

Ces deux touristes, insiste le quotidien breton, pourrait risquer bien davantage en vérité. Et pour cause ! Ils font l'objet d'une enquête pour savoir s'ils logeaient dans une résidence touristique ce qui est également interdit en raison de l'épidémie de coronavirus Covid-19, qui nécessite la mise sous cloche du pays.

Même sans arrêté préfectoral, aucune case de l'attestation de déplacement dérogatoire ne correspond à un arrêt à la plage. Dans le doute, et compte-tenu des excès de zèle déjà constatés partout en France, ne prenez pas de risque. Restez chez-vous.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.