La porte-parole de la Maison Blanche a récemment fait une très grosse bourde en montrant un chèque aux caméras. Ce genre de geste, en apparence anodin, sont en vérité très dangereux. Explications.
Chèques, billets d'avion... Les documents qu'il ne faut jamais prendre en photoIllustrationIstock

Ne reproduisez pas l'erreur de Kayleigh McEnany. La porte-parole de la Maison Blanche a d'ailleurs été largement épinglée sur les réseaux sociaux, rapporte le Huffington Post. Et pour cause ! Elle n'a pas hésité à dévoiler, sous le regard des caméras, les coordonnées bancaires du président de la République des États-Unis d'Amérique.

En pratique, Kayleigh McEnany n'a évidemment pas souhaité diffuser de telles informations. La trentenaire a simplement voulu prouver combien Donald Trump est un bon chef d'Etat. Le dirigeant américain s'est en effet engagé à renoncer à son salaire présidentiel, qu'il reverse chaque mois à une cause jugée digne de financement. Il a cette fois décidé d'accorder quelques 100 000 dollars au Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis. Un don qui s'inscrit évidemment dans la lutte contre la crise sanitaire sévissant dans la quasi totalité des pays. Il souhaite "soutenir les efforts entrepris pour affronter, contenir et combattre le coronavirus".

Ne jamais diffuser une photo ou une vidéo d'un chèque

C'est bien cela que Kayleigh McEnany a voulu appuyer. Pour prouver que le président ne dérogeait pas à sa promesse, elle a montrer aux caméras le chèque signé de la main de Donald Trump, à l'occasion d'une conférence de presse qui s'est tenue ce vendredi 22 mai 2020.

Hélas pour elle – et sans doute plus encore pour le président –, cette maladresse permet à n'importe qui ayant visionné les images de récupérer des informations très sensibles concernant les finances de Donald Trump. Il n'en faut pas plus pour pouvoir pirater son compte bancaire ou l'utiliser pour financer ses propres achats en ligne. "Il est très important de comprendre que ce n'est pas une bonne pratique", affirme d'ailleurs Eva Velasquez, présidente et directrice générale du Identity Theft Resource Center, contactée par le New York Times.

Et c'est loin d'être le seul document qui impose une certaine discrétion...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.