Edouard Philippe a fait plusieurs annonces ce mardi afin de tenter de désamorcer la crise des gilets jaunes. De quoi écarter fermement un rapport hautement inflammable sur le montant du SMIC ?

Rapport sur le SMIC : les annonces d’Edouard Philippe suffiront-elles ?

Le Premier ministre Edouard Philippe était particulièrement attendu ce midi. Après une rencontre avec les autres partis ce lundi, et les élus de la majorité ce mardi, le chef de l’exécutif a annoncé un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe sur les carburants. Objectif : répondre à la demande des gilets jaunes, qui dénoncent depuis près de trois semaines la cherté de la vie. A la mi-journée, les réactions des chasubles fluo étaient mitigés certaines estimant que ce n’est que reculer pour mieux sauter.

Parmi leurs revendications se trouvaient notamment la hausse du SMIC, une question sur laquelle justement Edouard Philippe avait fait connaître la position du gouvernement la semaine dernière. Pas question de donner « un coup de pouce » au minimum salarial qui sera revalorisé simplement sur la base des deux indicateurs traditionnels : l’indice des prix à la consommation des ménages les plus modestes, et le pouvoir d’achat du salaire horaire moyen brut des ouvriers et employés. Résultat, une hausse de 2% soit 30 euros. Sauf que pour une commission nommée par le Premier ministre, c’est déjà 30 euros de trop.

Publicité
Publicité

Rapport sur le SMIC : proposition explosive

Lundi, alors que la tension était toujours à son comble entre un gouvernement dont la communication est jugée insuffisante et un mouvement qui par sa nature protéiforme n’offre aucune prise, un groupe d’experts sur le SMIC nommés par l’exécutif en août 2017, a rendu un rapport explosif.

Comme le rapporte Le Dauphiné, cette commission dont le président est Gilbert Cette, a transmis ses conclusions aux partenaires sociaux ainsi qu’aux membres du gouvernement. Le groupe de travail estime cette hausse de 2% est trop élevée et préconise de stopper l’automaticité de l’indexation du SMIC. Pour quel effet ? Eviter que l’augmentation entraîne par ricochet une augmentation de l’ensemble des salaires en bas de l’échelle. Pour la première fois depuis 2008, l’augmentation du SMIC est plus élevée que celle du salaire moyen.

Le gouvernement n’a pas retenu cette proposition. A la place, ce mardi midi, Edouard Philippe a annoncé une hausse de 3% du SMIC. En fait, il ne s’agit pas vraiment d’une nouveauté puisque ce chiffre comprend l’augmentation indexée de 2%, à laquelle s’ajoute la prime d’activité revaloriser de 20 euros depuis novembre. Une somme qui avoisine un total de 45 euros environ.

VIdéo : Retraite : vos droits menacés ?