Retenu au loto du patrimoine, le château des parents d'Apolline de Malherbe va bénéficier d'une forte somme d'argent pour sa rénovation. Qui sont les parents de la journaliste et propriétaires du château ? 
Apoline de Malherbe : qui sont ses parents ?Apolline de MalherbeAFP

Après une première polémique à laquelle elle doit faire face, suite à son interview de Juan Branco, Apolline de Malherbe voit désormais ses parents être placés sous le feu des projecteurs. Guy de Malherbe et sa femme Marie-Hélène de La Forest Divonne se retrouvent donc au cœur d'une affaire : qui sont-ils ? 

Apolline de Malherbe traverse une période trouble puisqu'elle et ses parents sont pris dans une polémique. En effet, de nombreux internautes parlent d'une collusion entre le pouvoir en place et la journaliste de BFMTV-RMC, indique Libération. Ces internautes évoquent la rénovation du château des parents de la journaliste, dont le financement semble opaque pour certains. Le château de Poncé, propriété du couple, bénéficie du loto du patrimoine mis en place par Emmanuel Macron. 

"Mais qu'y a-t-il de commun entre Apolline de Malherbe, ce château et cette photo dans la cour de l'Elysée ? La première journaliste zélée de BFM et farouche défenseur de la macronie est la fille de Guy de Malherbe, propriétaire du château de Poncé. Lequel château va être rénové via le loto du patrimoine lancé par Macron et piloté par Stéphane Bern, d'où cette petite réception entre amis à l'Elysée", indique le texte du post repris plus de 1 600 fois sur Facebook, selon Libération

Apolline de Malherbe : "La galerie... c'est une vie"

Mais qui sont donc les parents d'Apolline de Malherbe, qui se retrouvent mêlés à cette affaire ? Les propriétaires du château de Poncé appartiennent au milieu de l'art depuis de nombreuses années. Marie-Hélène de la Forest Divonne, sa mère, est directrice de galerie d'art, tandis que Guy de Malherbe est, lui, artiste peintre. 

Celle qui dirige de la Galerie Vieille du Temple, dans le coeur du Marais à Paris, s'occupe d'expositions artistiques depuis plus de 30 ans. France Culture la décrit comme "une femme qui défend la création contemporaine avec pour ligne de conduite la volonté de promouvoir une sensibilité plutôt qu'une tendance". 

En 2008, le magazine spécialisé Connaissance des Arts évoquait le parcours de la galériste et rapportait certaines de ces déclarations. Marie-Hélène de la Forest Divonne raconte : "Je voulais être expert en mobilier et suis venue à la peinture contemporaine par le biais d'un petit copain, à 17 ans. C'était Guy de Malherbe, je m'en souviens parce que je l'ai épousé !" Elle poursuivait à l'époque : "Je ne l'ai jamais regretté. La galerie, c'est parfois la galère, mais ce n'est pas un métier, c'est une vie."

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Affaire Benjamin Griveaux : qui est Alexandra de Taddeo ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.