Des anonymes et des personnalités ont voulu faire de Christine Villemin une mère infanticide, malgré un non-lieu prononcé par la justice. 35 ans après le meurtre de son fils, certains doutent toujours de son innocence.
Affaire Grégory : pourquoi Christine Villemin cristallise-t-elle tant de haine ? AFP
Sommaire

Trente-cinq ans après, le meurtre de Grégory Villemin continue d’attiser les passions. Le 16 octobre 1984, le petit garçon est retrouvé mort, pieds et mains liés, flottant dans la Vologne, à quelques kilomètres seulement du domicile de ses parents. Trois décennies plus tard, l’affaire n’est toujours pas résolue et reste un des échecs les plus importants de la justice française. Ce qui était au départ l’enlèvement et le meurtre d’un petit garçon est devenu très vite "l’affaire Grégory", mystérieuse et ancrée dans un contexte familial troublant. La jalousie, la vengeance, les non-dits de la famille Villemin sont autant d’éléments qui fascinent les Français. Ajoutée à cela l’existence d’un corbeau qui a harcelé plusieurs membres de la famille pendant trois ans, avant de signer le meurtre de sa main.

Christine Villemin : la théorie d’apprentis détectives

En 1984, les enquêteurs sont rapidement persuadés que le meurtre a été commis par Bernard Laroche, le cousin de Jean-Marie Villemin. Faute de preuves, il est finalement relâché en février 1985, avant d’être assassiné à la fin du mois de mars par le père du petit Grégory. Il n’en fallait pas plus pour que l’affaire prenne un nouveau tournant fascinant et que les enquêteurs s’orientent vers une nouvelle piste, le principal suspect étant désormais décédé. C’est alors que le juge d’instruction Jean-Michel Lambert tourne ses soupçons vers Christine Villemin, la mère du petit Grégory. Il la fait arrêter, avant qu’elle soit finalement libérée après dix jours de détention et une grève de la faim. Elle ne sera innocentée que neuf ans plus tard, le 3 février 1993, par la cour d’appel de Dijon, qui prononce un non-lieu.

Concernant l’affaire Grégory, le temps n’efface pas les passions. La diffusion sur Netflix d’un documentaire retraçant l’affaire l’a éclairée d’un jour nouveau pour de nombreux spectateurs. Parmi eux, certains s’improvisent détectives et n’hésitent pas à élaborer leurs théories sur les réseaux sociaux. Ils sont persuadés d’une chose : Christine Villemin a tué son fils unique ce 16 octobre 1984. Bien qu’innocentée par la justice, la mère du petit Grégory continue de cristalliser la haine.

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.