Après l'échec de la distribution des tracts pour les élections départementales et régionales de juin 2021, le ministère de l'Intérieur a résilié mi-août son contrat avec l'entreprise privée Adrexo. Si dernière assure être elle-même vaccinée par l'expérience, la Poste peut de nouveau tenter de retrouver son monopole sur ce terrain.
Tracts électoraux : après le fiasco d’Adrexo aux régionales, le retour en force de la Poste

Que faire quand on échoue aux yeux de millions d'électeurs français ? La société privée Adrexo a pour sa part décidé de se draper dans sa dignité et de faire bonne figure. Après les cafouillages dans la distribution des tracts électoraux pour les élections régionales et départementales de juin 2021, elle a solennellement annoncé lundi 20 septembre ne plus vouloir « recommencer l'opération ». Une déclaration un peu tardive puisqu’elle intervient plus d’un mois après la décision du ministère de l’Intérieur de résilier son contrat.Adrexo avait remporté l'appel d’offres avec la Poste, l'acteur traditionnel, pour distribuer la propagande électorale des deux scrutins de juin, et ce en dépit de ses déboires passés. À la suite d'un accord conclu par l'État en décembre 2020, la distribution des tracts lui avait été confiée pendant quatre ans pour sept régions et 51 départements. Or, d’après les deux distributeurs, 26,6 % des électeurs aux départementales et 40,3 % aux régionales n’ont reçu aucune propagande avant le deuxième tour de ces scrutins. Des milliers de tracts n'ont même pas atteint la phase de mise sous pli.« Bouc émissaire » ?Ce fiasco est uniquement imputable à Adrexo, la Poste...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >