Le parquet national financier cherche à vérifier l'usage que l'ancienne ministre a fait des moyens mis à sa disposition dans le cadre de ses fonctions d'ambassadrice
Ségolène Royal, du pôle diplomatique... au pôle justice

Sale semaine pour Ségolène Royal. Mardi, l’ambassadrice chargée de la négociation pour les pôles Arctique et Antarctique annonçait elle-même sur Facebook son « licenciement », en publiant la lettre adressée par le ministère des Affaires étrangères et la rappelant à son devoir de réserve. Ces dernières semaines, l’exécutif goûtait peu les prises de position critiques de l’ancienne ministre de l’Environnement, incompatibles selon le Quai d’Orsay avec ses obligations diplomatiques. Alors que son éviction n’était qu’envisagée, Ségolène Royal a choisi la contre-attaque en portant le conflit sur le terrain de la « liberté d’expression ».

Mais ce bras de fer politique s’est mué mercredi en affaire judiciaire. Le Parquet national financier a en effet confirmé avoir ouvert une enquête préliminaire pour vérifier si la candidate socialiste à la présidentielle de 2007 a fait, oui ou non, un usage personnel des moyens mis à sa disposition par l’Etat dans le cadre de sa fonction – qui n’est pas rémunérée. L’hebdomadaire Le Point et la cellule investigation de Radio France avaient levé plusieurs interrogations en...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !