« ​La pandémie, et son cortège de mauvais souvenirs, nous débarrassera-t-elle enfin de l'atroce acronyme Ehpad ? L'anonymat de ce sigle administratif sonne tellement moins juste que la vieille expression « maison de retraite », qui dit l'importance d'avoir un lieu de vie, une « maison », et donne du sens au grand âge : le retrait fécond et l'attention intensifiée à l'essentiel  »
«Sauver des vies ?» La tribune de Matthieu Rougé

Depuis l’apparition du Covid-19 et le début du confinement généralisé, un mot d’ordre unique traverse le monde et polarise les énergies : « sauver des vies ». On ne peut que s’associer à la reconnaissance de tous, non seulement à 20 heures mais à chaque heure du jour et de la nuit, pour l’engagement courageux, innovant et désintéressé du personnel soignant. L’esprit de solidarité et de responsabilité de l’ensemble de nos concitoyens, à quelques restrictions près, a de quoi forcer l’admiration. Comme l’a dit Alain Finkielkraut avec un optimisme dont il n’est pas coutumier : « le nihilisme n’a pas encore vaincu, nous demeurons une civilisation ».

Ne faut-il pas cependant nous interroger sur le sens de ce leitmotiv ambiant : « sauver des vies » ? Il est évident quand il s’agit d’arracher à la mort des hommes et des femmes dans la force de l’âge, dont les responsabilités humaines et familiales sont grandes et dont le décès entraînerait des drames en cascade. Ce conditionnel n’est d’ailleurs malheureusement pas toujours de mise. Mais ce slogan devient problématique quand il prétend justifier le surconfinement des personnes...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !