Un petit groupe de militants, de chercheurs et de journalistes incarne aux Etats-Unis l'approche « raisonnable » d'un démantèlement des GAFA.
Open Markets, le think tank devenu bête noire de Google et Facebookgetty

C’était, jusqu’à peu, un think tank comme il en existe des centaines à Washington. Open Markets Institute (OMI) est une petite équipe d’ex-journalistes et de chercheurs, qui publiait ses rapports au sein de la New America Foundation, un groupe classé au centre et qui travaille sur différents sujets de politique étrangère et d’économie. Mais, en juin 2017, lorsque Barry Lynn publie sur le site d’Open Markets un texte provocateur se félicitant de l’amende record que la Commission européenne vient d’infliger à Google, il déclenche une tempête rare dans l’univers des groupes de réflexion.

Très bref et guère révolutionnaire, le texte appelle les régulateurs américains à s’inspirer de l’exemple européen pour se pencher sur les pratiques d’Amazon. Mais les « félicitations » adressées à la commissaire Margrethe Vestager provoquent la colère de Google, dont l’ex-directeur général, Eric Schmidt, siège au conseil d’administration de la New America Foundation. Quelques semaines plus tard, sa directrice remercie l’ensemble de l’équipe de l’OMI, déclenchant une vague de protestations et de vives interrogations sur le...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !