Toujours dans l'incertitude, la filière des musiques actuelles réitère son message de détresse, alors que l'interdiction des concerts debout paralyse énormément son activité dans le contexte sanitaire actuel. Entre-temps, Matignon vient de prolonger jusqu'au 30 octobre l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes.
Les musiques actuelles face à la crise sanitaire : "On a un sentiment d'abandon"

"On a un sentiment d'abandon." Le secteur des musiques actuelles demeure en souffrance, alors que l'interdiction des concerts debout paralyse toujours grandement son activité dans le contexte sanitaire actuel. "Agacement, désolation, ras-le-bol, c'est ce que nous ressentons: nous sommes le seul secteur qui n'a pas repris, alors que les foires et les salons professionnels pourront le faire à partir du 1er septembre", se désolait mardi matin, auprès de l'AFP, Aurélie Hannedouche, du Syndicat des musiques actuelles (SMA).

Les derniers messages contradictoires envoyés par le ministère de la Culture concernant les grandes jauges ont encore assombri l'horizon. Le 4 août, l'institution de la rue de Valois indiquait que les rassemblements culturels de plus de 5.000 personnes pourraient être autorisés, à compter du 15 août, par les préfets en respectant "certaines conditions" sanitaires. Mais deux jours plus tard, le ministère a délivré un "correctif" : "La règle de l'interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes, sauf autorisation préfectorale, fera l'objet d'un réexamen très prochainement, au regard de l'évolution de l'épidémie." Mardi matin 11...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !