Ce bâtiment, qui guide les navires à l'entrée de l'estuaire de la Gironde, est le deuxième phare après celui de La Corogne (Espagne) à recevoir cette distinction.
Le phare de Cordouan classé au patrimoine mondial de l'Unesco

Surnommé le "roi des phares" pour son histoire et sa prestance, Cordouan est entré, samedi 24 juillet, au patrimoine mondial de l'humanité. Dernier phare de mer habité en France et deuxième phare inscrit par l'Unesco après celui de La Corogne, en Espagne, l'imposante tour tronconique de pierre claire balise l'entrée de l'estuaire de la Gironde, aux courants capricieux et rochers piégeux, à sept kilomètres du Verdon-sur-Mer (Gironde) et 10 kilomètres de Royan (Charente-Maritime).

Bâti sur un plateau qui se dévoile à marée basse dans des reflets verts et bleus, tranchant avec le jaune des bancs de sable, et ceint d'un épais mur de pierres qui le protège des assauts de l'eau à marée haute, tel un bouclier, Cordouan ne se dévoile au public qu'à la belle saison et seulement si la mer le veut bien.

Le site, propriété de l'Etat mais géré par le Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (Smiddest), reçoit environ 24 000 visiteurs par an, hors crise sanitaire. Voulu par Henri III pour remplacer une vieille tour à feu anglaise, construit sous Henri IV et rehaussé sous Louis XVI, le phare a été inauguré en 1611.

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !