Début septembre, Les Brigandes, un groupe de musique d'extrême droite, a annoncé sa dissolution. Dans l'ombre : Joël LaBruyère, un gourou installé près de La Salvetat-sur-Agout (Hérault), à la tête d'une communauté mystique à tendance sectaire, visée par plusieurs plaintes et citée dans une affaire d'assassinat.
Le groupe d'extrême droite les Brigandes, lié à une communauté mystique, annonce sa dissolution

La nouvelle est passée inaperçue mais, le 9 septembre dernier, le groupe de musique étiqueté extrême droite Les Brigandes a annoncé sa dissolution. Selon le communiqué mis en ligne sur leur site, la vindicte médiatique et la crise sanitaire ont eu raison de leur entreprise musicale : « Notre œuvre est derrière nous : les 12 albums des Brigandes resteront le témoignage d’un ovni de la scène musicale française, un chant du cygne de la chanson libre et contestataire.​​​​​​ » Ce groupe de musique, qu'on pense composé uniquement de femmes masquées d'un loup, s'est fait connaître avec des chansons très politiques. On peut encore écouter aujourd'hui « C'est foutu la France », ou « Foutez le camp ». Jean-Marie Le Pen leur a même fait la grâce d'une apparition dans une chanson que le groupe lui a dédiée en 2018, titrée Monsieur Le Pen. « Quand un Philippot lui tire dans le dos, c'est pas ça qui le déprime. Dans le vent, la tempête, ya rien qui l'arrête », entend-on. « Elle est belle cette chanson », s'émeut Jean-Marie Le Pen dans le clip.Les Brigandes, c'est donc fini ? « Nous ne croyons pas aux solutions politiques, écrit le groupe. Plutôt que de contester la société, que nous ne pouvons...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >