Bétonnisation des jardins, risque de pollution autour d'une école… À Aubervilliers Saint-Denis et Dugny, plusieurs associations ont des sueurs froides face aux projets d'infrastructures entraînés par la tenue des Jeux Olympiques de Paris. Et la justice ne leur donne pas toujours raison.
Jeux Olympiques de Paris : ces projets pas très écolos qui inquiètent en Seine-Saint-Denis

C'est une petite victoire pour les associations écolos : la justice vient de suspendre la construction d'un projet de piscine d'entraînement olympique à Aubervilliers. Mais à côté de cette décision temporaire, d'autres infrastructures, rendues nécessaires par l'organisation des Jeux Olympiques de Paris en 2024, inquiètent les défenseurs de la nature et du patrimoine. Marianne a retenu trois exemples.1. Les jardins ouvriers d'Aubervilliers bétonnésCe n'est pas la construction de la piscine d'entraînement olympique au Fort d'Aubervilliers, sur un parking désaffecté, qui suscite des protestations mais le solarium qui l'accompagne. Et qui doit empiéter sur une partie du jardin ouvrier des Vertus. Le plan, dessiné par l'agence d'architecte Chabanne, concerne près de 4 000 mètres carrés d'espace verts. Deux associations (MNLE 93 et Environnement 93) ainsi que trois jardiniers exploitants ont obtenu la suspension du permis de construire par la justice en dénonçant plusieurs irrégularités. Parmi celles-ci, la Cour administrative d'appel de Paris a retenu que le plan ne prévoyait de replanter que 47 arbres sur les 67 détruits pendant les travaux.À LIRE AUSSI : JO Paris 2024 : "Un processus...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >