La singularité de la cité phocéenne ne date pas d'hier. À quelques mois de la Seconde Guerre mondiale, un violent incendie ravage la ville et révèle une série de dysfonctionnements à la mairie. L'État nomme alors un administrateur chargé de « remplacer » l'édile.
Incendiée en 1938, sous tutelle en 1939 : quand Marseille s'effondrait une première fois...

Le 28 octobre 1938, la République tchécoslovaque fête le 20e anniversaire de son indépendance, qu’elle a commencé de perdre un mois plus tôt, à la suite des honteux accords de Munich, qui ont cédé les Sudètes à l’Allemagne nazie. En Espagne, alors déchirée par la guerre civile, la députée communiste des Asturies, Dolorès Ibárruri, « la Pasionaria », va prononcer à Madrid un discours à la gloire des Brigades internationales, qui quittent le pays. Le quotidien le Temps commentant le même jour une réunion du cabinet britannique, note la double politique du Royaume-Uni, fondée sur la conciliation et la coopération vis-à-vis de l’Allemagne et de l’Italie d’une part, et sur la volonté de réarmement de l’autre. Deux attitudes qui, selon le journal, se complètent pour assurer à l’Europe une paix durable…À Marseille, où, en ce jour d’automne, le mistral souffle, on est loin de ces considérations sur la montée des périls qui vont conduire à la Seconde Guerre mondiale. Le Parti républicain radical et radical-socialiste tient son 35e congrès au parc Chanot. On va y entériner la rupture avec le Parti communiste et solder le Front populaire. La plupart des responsables politiques logent à...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >