A la suite de la montée des tensions en Syrie, Ankara a soudainement menacé, hier, de laisser passer en Europe les réfugiés que le pays accueille sur son sol.
Des centaines de migrants bloqués à la frontière gréco-turque

A peine la Turquie a-t-elle menacé de favoriser une nouvelle vague de migrants vers l’Europe que des centaines de réfugiés – Syriens, Afghans, Iraniens, Irakiens, Pakistanais – ont pris, vendredi 28 février, la direction des frontières occidentales du pays.

Le feu vert leur avait été donné de façon informelle la veille après la tenue d’un conseil de sécurité extraordinaire sous la houlette du président turc Recep Tayyip Erdogan. Furieuse de la mort de 33 de ses soldats dans la province d’Idlib – la dernière poche rebelle au nord-ouest de la Syrie –, ulcérée par l’absence de soutien occidental dans son combat contre le régime de Bachar Al-Assad, la Turquie « n’a pas d’autre choix que de desserrer sa politique d’endiguement des réfugiés », avait alors fait savoir, vendredi, Fahrettin Altun, le directeur de la communication du palais présidentiel.

Toute la journée de vendredi, les médias turcs ont montré les mouvements de ces réfugiés. La chaîne de télévision CNN Türk a diffusé en boucle des images de personnes attendant sur les plages de la Mer Egée pour embarquer sur des canots pneumatiques en plein jour ou...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !