Sous-estimant la crise sanitaire et surestimant la résilience de leurs systèmes de santé, les Etats européens sont devenus l'un des principaux foyers du Covid-19
Coronavirus: comment l’UE a tardé à saisir la gravité de l'épidémie

Un mois à peine avant que l’Europe ne se lance dans une quête effrénée d’équipements de protection, de respirateurs artificiels et de kits de dépistage pour combattre l’épidémie de coronavirus, les gouvernements européens prétendaient que leurs systèmes de santé étaient prêts. Ils ne voyaient aucune raison d’accroître leurs stocks, montrent des documents internes que Reuters a pu consulter.

Cette présentation idyllique de la situation contraste avec les pénuries observées dans la quasi-totalité des Etats membres, alors que la Commission européenne a estimé, la semaine dernière, que les capacités normales de production et d’approvisionnement des Vingt-Sept ne pouvaient répondre qu’à 10 % de la demande en équipements de protection et autres appareils médicaux.

Les pénuries sont largement dues à la violence et à l’ampleur de la pandémie qui frappe la quasi-totalité de la planète. Mais les gouvernements européens ont peut-être aggravé leur situation en surestimant leurs capacités à répondre à la crise sanitaire.

Optimisme. Ainsi, le 5 février, lors d’une réunion à huis clos, un responsable de la Commission déclare à...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !