La commission des Affaires juridiques (Juri), chargée d'examiner la déclaration d'intérêt de Thierry Breton, a décidé, lors d'un vote secret par 12 voix contre 11, qu'aucune question ni..
Candidat français à la Commission européenne, Thierry Breton franchit une première étape

La commission des Affaires juridiques (Juri), chargée d'examiner la déclaration d'intérêt de Thierry Breton, a décidé, lors d'un vote secret par 12 voix contre 11, qu'aucune question ni audition supplémentaire n'était nécessaire le concernant.

Le candidat français à la Commission européenne, Thierry Breton, a franchi mardi de justesse une première étape face aux eurodéputés, qui ont estimé lors d'un vote que son profil ne présentait pas de risques de conflit d'intérêt.

La commission des Affaires juridiques (Juri), chargée d'examiner la déclaration d'intérêt de l'ex ministre français de l'Economie - qui fut ensuite PDG du groupe de services informatiques Atos pendant 11 ans -, a décidé, lors d'un vote secret par 12 voix contre 11, qu'aucune question ni audition supplémentaire n'était nécessaire le concernant.

Le Français, qui a également dirigé Thomson et France Télécom, doit, après ce feu vert, passer une audition jeudi après-midi au Parlement européen, qui décidera ensuite de valider ou non sa candidature. Dans la foulée de M. Breton, les eurodéputés ont également approuvé mardi le candidat hongrois, Oliver Varhelyi et la Roumaine Adina Valean.

Lire aussi : Thierry Breton, le pari de Bruxelles

De sources concordantes, M. Breton, désigné par le président français Emmanuel Macron pour un très large portefeuille comprenant le Marché intérieur et le numérique, a été soutenu par les Libéraux de Renew et le PPE, la droite...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !