Pour l'architecte Patrick Coulombel, l'aide d'urgence ne peut être distribuée au Liban sans une prise en compte de l'ensemble des traumatismes vécus par les habitants.
A Beyrouth, « la reconstruction est autant matérielle que psychologique pour les habitants »

Patrick Coulombel est architecte et président de la fondation Architectes de l’urgence, spécialisée dans le secours aux populations par l’aide à la reconstruction après des catastrophes naturelles, des conflits ou des accidents industriels.

Très critique de la gestion de l’aide internationale à Haïti, où son association est intervenue après le séisme de 2010, Patrick Coulombel appelle à utiliser les fonds promis lors de la conférence des donateurs pour le Liban, dimanche 9 août, cinq jours après l’explosion massive dans le port de la capitale, pour engager des actions réalisables rapidement, en collaboration avec les entreprises locales de construction.

Quelles devraient être les étapes de la reconstruction de Beyrouth dans les prochaines semaines ?

Patrick Coulombel : Une fois que l’aide médicale et alimentaire sera mise en place, la priorité devra être de travailler à la stabilisation des équipements : les infrastructures de santé, les écoles, la police, l’armée, tout ce qui fait fonctionner un pays. En parallèle, l’urgence est pour la population, avec une temporalité différente de celle de l’administration. Il...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !