Sans surprise, la réforme des retraites devrait faire un nombre important de perdants. Sur le volet réversion, l'évolution des règles pourrait s'avérer très préjudiciable pour certaines catégories de la population.
Pension de réversion : on connaît les grands perdantsIstock

Elles représentent à elles seules 36 milliards d’euros annuels. Les pensions de réversions, qui concernaient 4,4 millions de personnes en 2018, sont versées aux veufs et aux veuves qui remplissent les conditions de ressources détaillées sur le site du service publique. Pour un ancien conjoint qui ne s’est pas remarié, le plafond annuel brut est fixé à 21 112 euros. En cas de remariage, il grimpe à 33 779,20 euros. Ce mécanisme, qui profite à 89% à des femmes, a inquiété à plus d’une reprise depuis l’arrivée du projet de réforme des retraites dans le débat public. 

Et pour cause ! Dès juin 2018, la rumeur d’une suppression pure et simple du dispositif commence à circuler, rappelle Mieux vivre votre argent. De quoi angoisser les bénéficiaires, qui en dépendent pour vivre de façon un peu moins précaire. Sans la réversion, le niveau de vie entre les femmes, et les hommes une fois à la retraite, diffère de 39%. Avec, les inégalités se réduisent, mais demeurent tout de même à 25%. Rapidement, cependant, l’exécutif dément la rumeur.

Pension de réversion : qui sont les grandes perdantes ?

Pour autant, cela ne signifie pas que le mécanisme ne changera pas. La volontée claire et assumée de l’exécutif vise à mettre en place l’harmonisation des règles qui s’appliquent aux Françaises et aux Français dans un système de solidarité intergénérationnelle universel. Dans le cadre des pensions de réversion, souligne Capital, cela pourrait se faire au moins disant. 

En effet, passée la réforme des retraites, les veufs et les veuves dont le ou la partenaire travaillait dans la fonction publique pourraient s’avérer largement désavantagé(e)s. Il leur faudra dorénavant attendre d’avoir au moins 55 ans pour toucher la pension de réversion et justifier d’au moins deux ans de mariage si le couple n’a pas eu d’enfant. Or, dans l’état actuel des choses, rappelle le site du service public, de telles conditions n’existent pas. Un conjoint survivant peut demander à toucher la pension immédiatement après son veuvage, même précoce.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.