Dissolution de l'Assemblée : bientôt vers un retour à la retraite à 62 ans ? Istock
Le 30 juin et le 7 juillet prochain, les Français vont pouvoir voter aux élections législatives. Si la majorité présidentielle perd face au Rassemblement national, certaines réformes pourraient être supprimées.

Un rétropédalage sur la réforme des retraites ? Alors que l’Assemblée nationale a été dissoute le dimanche 9 juin par Emmanuel Macron, plusieurs questions se posent. En effet, le Président a annoncé que les élections législatives se tiendraient le 30 juin et le 7 juillet. Les Français qui se rendent aux urnes devront faire un choix en se basant sur les programmes de l’élection présidentielle de 2022 afin d’évaluer et voir les différentes propositions des candidats. 

L’âge de départ à la retraite depuis la réforme

Depuis la réforme des retraites de 2023, pour pouvoir partir plus tôt à la retraite, il faut avoir commencé à travailler dès l’âge de 18 ans, en ayant cotisé au minimum 172 trimestres. Ce qui représente 12 trimestres de plus que la proposition du RN. 

Avant la réforme des retraites, l’âge de départ à la retraite était fixé à 62 ans au lieu de 64 ans actuellement.

L’âge de départ à la retraite à 62 ans

Arrivé en tête du scrutin ce dimanche 9 juin, le Rassemblement national a obtenu 31,36% des voix. Selon leur programme électoral au moment de la présidentielle de 2022, le RN voulait laisser l’âge légal du départ à la retraite à 62 ans. Pour ceux qui ont commencé à travailler plus tôt, dès l'âge de 20 ans, Marine Le Pen souhaitait abaisser l’âge légal de départ à 60 ans, à condition d’avoir cotisé au moins 160 trimestres, soit 40 ans. 

Pour les personnes entrées dans la vie active à 21 ans, le RN voulait passer l’âge légal de départ à la retraite dès 61,5 ans, en ayant cotisé au minimum 163 trimestres pour obtenir le taux plein.

Ces partis politiques qui veulent maintenir l’âge de départ à 62 ans 

Au sein des programmes électoraux de 2022, plusieurs partis politiques voulaient maintenir l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans. Anne Hidalgo, candidate du parti socialiste et Yannick Jadot, candidat d’Europe Ecologie Les Verts. Du côté des Insoumis avec Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel (Communistes), l’âge de départ à la retraite devait être avancé à 60 ans.

Marine Le Pen souhaitait également la ré-indexation des retraites sur l'inflation, la réinstauration de la demi-part des veufs et veuves. Elle souhaitait également la revalorisation à 1000 € de toutes les petites retraites.

La réforme des retraites peut-elle être modifiée ? 

Si la majorité souhaite modifier l’âge du départ à la retraite, elle devra faire passer une nouvelle loi. “Seule une loi peut abroger une loi… mais je doute que cela se fasse”, indique Philippe Blachèr, professeur agrégé de droit public et directeur du centre de droit constitutionnel de Lyon, dans les colonnes de Capital

Cette loi pourrait également être très onéreuse. Lors de sa campagne présidentielle, l'équipe de campagne de Marine Le Pen avait chiffré sa réforme des retraites à 9,6 milliards d'euros par an. Un chiffre sous-estimé selon l'Institut Montaigne, think-tank indépendant, qui l’estime autour de 26,5 milliards d'euros.