En évoquant le bilan du FN, sur le plateau de "Zemmour et Naulleau", Jean-Marie Le Pen n'a pas hésité à tacler sa petite-fille qui a choisi de mettre sa carrière politique entre parenthèses.

Invité mercredi dans l’émission "Zemmour et Naulleau", sur Paris Première, pour parler du bilan du Front national, Jean-Marie Le Pen n'a pas hésité à tacler son propre clan. L'homme politique qui s'est fait refoulé, la veille, de l'entrée du siège du FN, s'en est pris à sa petite-fille en commentant sa décision de mettre sa carrière politique entre parenthèses.

Personne n'a réagi sur le plateau

Sans jamais citer de nom, Jean-Marie Le Pen commence par évoquer Florian Philippot qui avait menacé de partir si le FN abandonnait la question de la sortie de l’euro. "L’autre" désigne Marion Maréchal-Le Pen, ancienne députée de la 3e circonscription du Vaucluse qui a choisi de ne pas reprendre ses fonctions, invoquant notamment des raisons familiales.

À lire aussi : Ségolène Royal se lâche à propos de François Bayrou

Publicité
Sur le plateau, la journaliste Anaïs Bouton lui a demandé si ce départ était "pour mieux revenir". Ce à quoi Jean-Marie Le Pen, qui regrette que le FN ait perdu la circonscription du Vaucluse, a rétorqué : "Oui, revenir d’où. Elle est partie où ? Où ça, dans le Bois de Boulogne", faisant référence à un lieu très connu pour la prostitution. Ces propos n’ont visiblement pas choqué les personnes présentes sur le plateau qui ont continué le débat. 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité