Militants de la première heure, élus à 20 ans à peine… Certains politiciens français sont tombés dedans quand ils étaient jeunes. Et cela fait maintenant des années qu’ils vivent de la politique.

Ils sont "tombés dedans quand ils étaient petits" : Gérard Collomb

Il est, selon Libération, le roi des Gaules, après avoir longtemps été "l’indéboulonnable homme à poigne d’Emmanuel Macron", comme le décrivait 20 minutes. Et pour cause : il a été élu maire de Lyon en 1995, un poste qu’il n’a quitté que pour la place Beauvau, en 2017. Qu’il a finit par abandonner pour regagner son fief, il y a quelques mois.

Pourtant, ce mandat électoral pour lequel il est tant connu n’est pas son premier. Cela fait plusieurs décennies que Gérard Collomb, 71 ans, s’est engagé en politique. 5 pour être précis. Comme le rappelle Le Point, l’ancien baron socialiste n’a épousé la politique qu’en 1968, alors qu’il étudiait. "J’ai été rattrapé par la politique en khâgne. Sur les quais à Lyon, il y avait deux amphis, l’un était révolutionnaire, l’autre réformiste. Je suis devenu un leader réformiste", explique-t-il dans les colonnes du journal.

Par la suite, il participe à la refondation du PS dans la région, puis entrera au conseil municipal de la capitale des Gaules dès 1977. Il faut attendre 1981 pour qu’il exerce un premier mandat électoral : Gérard Collomb, qui a alors 34 ans, est élu député dans la 2ème circonscription du Rhône. Il est réélu en 1986.

Après deux défaites en 88 et 97, aux élections législatives, il devient sénateur du Rhône en 1999. Il est réélu en 2004, puis en 2014. En parallèle, il concourt pour la mairie de Lyon qu’il ne lâchera plus après l’avoir remportée, en 95.

Publicité
Politiquement, Gérard Collomb a longtemps été marginalisé à l’aile droite du Parti socialiste, rappelle Libération. C’est sans doute ce qui lui a permis de rejoindre Emmanuel Macron et entrer au gouvernement à 70 ans, après 49 ans de carrière politique…

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité