Dans un droit de réponse à l'hebdomadaire Marianne, la directrice de cabinet de François Hollande livre le détail de sa future retraite.
© AFPAFP

La semaine dernière, l’hebdomadaire Marianne publiait une estimation portant sur le montant de la retraite de François Hollande. Comme nous l’écrivions, le cumul des différents points de retraite ainsi boosté par son "détachement" de la Cour des comptes représentait une somme de 36.000 euros par mois.

Lire aussi : Quand Nicolas Sarkozy se moque des conférences à "10 euros" de François Hollande

Très vite, l’Elysée avait démenti. Mais cette fois, Sylvie Hubac, la directrice de cabinet de François Hollande, a publié un droit de réponse dans l’hebdomadaire dans lequel elle explique que, "en supposant que François Hollande demande le moment venu la liquidation de toutes les pensions auxquelles il a droit", c’est "une dotation mensuelle de 15.114 euros net qu’il recevra".

Une somme (très) confortable mais pour le coup beaucoup moins importante que celle estimée par Marianne. Dans le détail, elle livre les montants de toutes les pensions auxquelles il aura droit. Ainsi, il additionnera 3.473 euros nets mensuels de retraite venant de la Cour des comptes, 235 euros nets comme ancien élu local, 6.208 euros nets par mois pour sa retraite de parlementaire, 5184 euros pour sa fonction de président de la République, un capital de 545 euros versé en une fois à raison de ses activités d’enseignement ainsi qu’une somme de 168 euros nets annuels pour ses activités d’avocat.  

En outre, Sylvie Hubac précise qu’il ne cumule plus de points de retraite depuis 2012 à la Cour des comptes comme ceci était affirmé par Marianne. La directrice de cabinet du président explique par ailleurs que François Hollande ne siégera pas au Conseil Constitutionnel et donc qu’il ne percevra pas les 12.000 euros afférant à cette fonction. "J’ajoute que François Hollande a dès 2012 diminué la rémunération du Président de la République de 30%" a-t-elle pris soin de préciser.  

A voir sur le même thème : Argent des politiques : est-ce que la transparence est impossible ?