Le remaniement alimente nombre de rumeurs depuis plusieurs semaines, mais après l'échec qu'a essuyé dimanche dernier la majorité, il semblerait que tout s'accélère. Le point sur ces éléments qui laissent présager un proche changement de l'équipe gouvernementale.
©AFPAFP

© AFP

Le remaniement, pour bientôt ? Plusieurs éléments récents laissent penser qu’un remaniement serait actuellement en préparation à l’Elysée. Ce sont d’abord les propos tenus par le président lui-même. Le gouvernement doit "entendre les Français" et "tirer un leçon de ce scrutin", a-t-il en effet déclaré par la voix de Najat Vallaud-Belkacem mercredi au sortir du Conseil des ministres. Après la déculottée que s’est pris le gouvernement dimanche soir à l’issue du premier tour des élections municipales, le chef de l’Etat aurait donc décidé d’agir. Et selon les informations d’Europe 1, il serait même d’ores et déjà en train de caler les détails de son intervention avec TF1. François Hollande souhaiterait ainsi s’adresser aux Français au cours d’une intervention télévisée. Et celle-ci pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine, après le second tour. Les 6 et 7 avril seraient notamment évoqués.

"Votre départ" : le mail qu’ont reçu plusieurs chefs de cabinet

Autre élément troublant : le mail que plusieurs chefs de cabinet du ministère de l’Economie ont reçu cette semaine. Intitulé "votre départ", celui-ci leur indique comment nettoyer leurs ordinateurs et archiver leurs dossiers. Un point qui corroborerait la piste d’un nouveau gouvernement "resserré". Avec sept ministres, Bercy est en effet souvent critiqué. "Il y aura un dispositif sans doute plus resserré", a d’ailleurs soufflé Harlem Désir, le premier secrétaire du PS au micro de France Inter mercredi matin.

Un changement dans l'agenda présidentiel

Et alors que la date d’un éventuel remaniement serait également sujette au score que la gauche va enregistrer dimanche à l’issue du second tour des municipales, Le Parisien a révélé mercredi un étrange changement d’agenda du président. Celui-ci aurait en effet reporté la visite en France du chef du gouvernement tunisien, pourtant prévue de longue date. Lundi et mardi prochains, soit le lendemain et le surlendemain du second scrutin, le président sera donc libéré de ses engagements officiels. Une situation qui semble bel et bien propice à l’annonce de décisions cruciales pour l’avenir du gouvernement.

Vidéo sur le même thème : Quand Jean-Marc Ayrault réclamait un remaniement en 1992

Vidéo : Quand Jean-Marc Ayrault demandait un remaniement ministériel en 1992

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.