Sommaire

"Triche sur le temps de parole" : que faudrait-il faire pour y mettre un terme ?

"Il est des règles de détail et des règles plus importantes. Pour venir à bout de ce genre de pratiques, deux solutions évidentes existent", annonce d’entrée de jeu l’universitaire. La première piste, selon lui, consiste à revoir en profondeur le mode de fonctionnement actuel de la Vème République. 

"Le pouvoir, en France, est très concentré entre les mains du président. Dès lors, son élection devient un moment crucial de la vie politique du pays. Les incitations à gagner, quels que soient les moyens utilisés, sont fortes. Le plus simple consisterait donc à modifier en conséquence le calendrier électoral de sorte à délier les scrutins présidentiel et législatif. Si l’élection présidentielle est moins primordiale, il y aura moins de raison d’encourager ce type de comportement", analyse en effet l’enseignant.

Autre piste : la voie légale.

"Nous pourrions également décider d’un calendrier contraignant pour le chef de l’Etat. Admettons que dans le cas où celui-ci souhaite se présenter, il soit forcé de l’annoncer avant une date donnée, idéalement assez tôt dans le cours de la campagne : le doute ne subsisterait plus et le temps de parole serait correctement comptabilisé. Cela ne serait pas un problème particulier avec l’exercice de ses fonctions… puisque c’est au Premier ministre qu’il revient normalement de gouverner", termine le chercheur.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.