Le président de la République travaille indubitablement à sa réélection. Après tout, le scrutin approche à grands pas ! Mais qui sont ceux qui pourraient voter pour lui en 2022 ?
Présidentielle 2022 : qui sont ceux qui voteront pour Macron ?AFP
Sommaire

Olivier Rouquan est politologue, enseignant-chercheur en sciences politiques et chercheur associé au CERSA (Centre d'Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques).

Planet : Depuis l'élection présidentielle, la ligne et la voix du chef de l'Etat semblent avoir viré (au moins un peu) vers la droite. La presse publie régulièrement les témoignages d'anciens électeurs d'Emmanuel Macron se revendiquant de gauche... et se disant déçus. Faut-il croire que son électorat a beaucoup changé par rapport à 2017 ? Que sait-on de cette France qui pourrait voter pour le président ?

Olivier Rouquan : D’emblée, il importe de rappeler un principe de base : l’électorat est composé de citoyens qui votent, pas de sondés. Aujourd’hui, nous avons une idée assez claire de ce qu’était l’électorat d’Emmanuel Macron en 2017. Il était d’abord issu des rangs de la gauche modérée complété par une certaine droite modérée - dont le vote était par exemple allé à Alain Juppé lors de la primaire des Républicains. Bien sûr, la grande majorité des centristes historiques ont aussi accordé leur voix à Emmanuel Macron.

Des ministres marqueurs de droite

Depuis, plusieurs gouvernements se sont succédés et ont été placés sous l’autorité d’une personnalité de droite, s’assumant comme telle. En outre, l’essentiel des ministres importants de ces formations gouvernementales comme Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin sont des marqueurs de droite. Les décisions prises par le pouvoir exécutif relevaient d’une politique économique néolibérale, d’une certaine conception de l’ordre public ainsi que de l’ordre stricto sensu. C’était en tout cas le cas pendant la séquence 2017-2020. 

En 2019, nous avons eu droit à une seconde photographie de l’électorat d’Emmanuel Macron, à l’occasion des européennes. Cette fois, un socle majoritairement issu de la droite a soutenu la formation politique du chef de l’Etat ce qui lui a permis, malgré l’abstention, de réaliser un score honorable.

Emmanuel Macron : renouer avec le "progressisme moral" pour retrouver une certaine gauche ?

Les mois et les années qui ont suivi ont été marqués par deux crises : l’émergence des gilets jaunes d’abord, et puis le début de la pandémie de coronavirus Covid-19. A partir de là, Emmanuel Macron a entamé une politique plus keynésienne, ce qui correspond à des pratiques économiques appartenant à un registre plus à gauche. Cette inflexion pourrait ramener vers le président sortant un électorat issu de la gauche modérée. D’autant qu’il a multiplié récemment les symboles forts – sauf sur la justice - à l’attention des cadres de gauche et d’un électorat éduqué, sensibles aux notions de progressisme moral.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.