Alors que le portrait officiel du président Emmanuel Macron vient d'être livré dans toutes les mairies du pays, plusieurs édiles ont constaté qu'il était plus grand que celui de ses prédécesseurs. Un écart de quelques centimètres qui pourrait coûter plusieurs millions d'euros aux mairies.  Explications. 
AFP

La photo officielle d’Emmanuel Macron pose problème. Réalisée il y a quelques semaines et récemment livrée dans toutes les mairies du pays, elle est en effet plus grande que celle de François Hollande et des autres anciens présidents de la République. Les photos des ex-locataires de l’Elysée avaient été imprimées aux dimensions 50x65 cm, tandis que celle de l’ancien ministre de l’Economie fait 50x70 cm. Il est donc impossible aux édiles de remplacer le portrait de l’ex-chef de l’Etat socialiste par celui de son successeur, à moins de couper les contours aux ciseaux ou bien de changer de cadre. Et justement là que le bât blesse.

A lire aussi –Portrait officiel de Macron : le message caché de sa posture

En effet, et ainsi que l’a expliqué sur Twitter Romain Senoble, le maire sans étiquette de Forges (Seine-et-Marne), si elles refusent de découper les 5 cm qui posent problème, les 36 000 mairies de France vont devoir acheter un nouveau cadre. Et selon ses calculs, le coût total de cette opération va rapidement attendre plus 2,7 millions d’euros (cf. Tweet ci-dessous).

Rien n’oblige pourtant les mairies à afficher le portrait officiel du président

Pourtant, et ainsi que le souligne L’Express, cette addition n’est pas une fatalité. Tout d’abord parce que rien n’oblige les mairies à afficher le portrait du président qui leur est envoyé gratuitement par les préfectures. "Si elle est largement respectée, la pratique ne relève que de la simple tradition Républicaine", écrit le magazine sur son site. Ensuite, parce que si elles tiennent absolument à l’afficher, rien ne les empêche non plus de choisir un autre cadre, moins onéreux. "L'entreprise Sedi (qui fournit les collectivités) nous confirme en effet ne pas avoir le monopole des cadres municipaux", ajoute L’Express.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.