Le destin politique de Benjamin Griveaux a basculé le 14 février après la diffusion de vidéos intimes qui lui sont attribuées. Retour sur ses derniers jours en tant que candidat.
Larmes, pantalon déchiré… Les derniers jours du candidat GriveauxAFP
Sommaire

Tout a basculé un 14 février pour Benjamin Griveaux. Ce jour-là, le candidat La République en Marche aux élections municipales de Paris prend la décision de se retirer de la course après la diffusion sur Internet de vidéos intimes qui lui sont attribuées. Elles ont été publiées par l’activiste russe Piotr Pavlenski sur un site créé spécialement et baptisé "Pornopolitique". Si la majorité des Français découvrent les images à ce moment-là, Benjamin Griveaux, lui, sait depuis presque deux jours qu’elles vont mettre un stop définitif à sa candidature. Le magazine Paris Match est revenu sur les derniers jours de campagne de celui qui incarnait alors les espoirs du parti présidentiel. Un peu moins de trois jours, un peu plus de deux, qui ont fait basculer l’ancien porte-parole du gouvernement.

Benjamin Griveaux : il ne conteste pas que les vidéos sont les siennes

Tout commence le mercredi 12 février, en fin d’après-midi. Vers 17h30, explique Paris Match, une femme partage sur Facebook un lien qui renvoie vers un site baptisé "Pornopolitique", créé par Piotr Pavlenski. C’est un membre de la campagne de Cédric Villani qui le repère en premier, avant d’avertir Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire d’Etat au Numérique. Le site tombe ensuite entre les mains de l’équipe de Benjamin Griveaux, où personne ne veut le croire. Le principal intéressé est informé peu de temps après et décide de jouer cartes sur table : ces vidéos sont bien les siennes, il ne le contestera pas. Pourtant, une question se pose rapidement : comment poursuivre la campagne sereinement, alors que ses vidéos intimes sont de plus en plus partagées sur Twitter ? La décision est repoussée au lendemain.

Très vite, Benjamin Griveaux a voulu prévenir une autre personne : sa femme, Julia Minkowski, qu’il rejoint après avoir participé à un dîner de soutien, "comme si de rien n’était", précise Paris Match. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a donné quelques détails sur ce moment, affirmant : "Julia a été impériale. Un vrai roc. Ils ont décidé d’affronter la situation ensemble. C’est un couple fort". Fort, ils devront l’être face à la tempête qui promet de gronder et ce, dès le lendemain.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.