Jeudi, le président de la République fêtera son premier mois à l'Elysée. Entre état de grâce, quelques couacs, et un sans-faute à l'international, le bilan d'Emmanuel Macron est plutôt positif.

Il y a tout juste un mois, François Hollande remettait ses pouvoirs à son ancien ministre de l'Economie. Un mois plus tard ce jeudi, quel bilan faire des premiers pas d'Emmanuel Macron à l'Elysée ?

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Patrick Sébastien viré de France Télévisions : les internautes ripostent

Voir plus de vidéos

A en juger d'abord par sa côte de popularité, il y a aujourd'hui plus de Français qui apprécient Emmanuel Macron qu'au moment de son élection. D'après Jean-Daniel Lévy, de l'Institut Harris Active, interrogé sur RTL, "c'est plus une bienveillance qu'un état de grâce à proprement parler. On est face à des électeurs qui ne vont pas dire que tout ce qu'il fait est formidable, qui ne vont pas forcément trouver que le projet politique est complètement ce à quoi ils aspiraient, mais à la première réussite on verra s'agréger derrière Emmanuel Macron des soutiens de la part d'électeurs qui n'ont pas voté pour lui au premier tour".

Une "Macronmania" ?

Pourtant, les premiers couacs n'ont pas tardé à arriver. De l'affaire Richard Ferrand à ses propos sur les Comoriens, en passant par les nombreux candidats LREM épinglés pour des ennuis divers, les Français semblent cléments à l'égard du chef de l'Etat. Les résultats de dimanche soir aux législatives ont d'ailleurs montré que les Français faisaient encore plus confiance à leur nouveau président puisqu'ils sont en passe de lui donner une majorité absolue à l'Assemblée. D'après Olivier Bost de RTL, la communication très maîtrisée d'Emmanuel Macron et son attitude "monarchique" ne seraient pas étrangers à cette mansuétude des citoyens à son égard.

A l'étranger, l'attitude du chef de l'Etat est jugée positive, que ce soit sa prestation lors du sommet de l'Otan ou du G7. Mais c'est surtout sa confrontation avec Donald Trump qui lui a assuré une renommée mondiale, après sa poignée de main virile avec le président états-unien et sa réplique parodique, "Make our planet great again", après le retrait des USA des accords de Paris.

Du coup, la presse semble béate devant les premiers pas d'Emmanuel Macron, comme le souligne avec humour cette couverture de l'Express :

Même Nicolas Sarkozy le reconnaît : "Ce type est incroyable ! Il fait un sans-faute". "Macron, c'est moi en mieux", aurait-il glissé à des proches.

"Une succession d'images sympathiques", selon Cazeneuve

Mais derrière ces éloges, certains se montrent toutefois critiques. Ainsi, l'éditorialiste Alain Duhamel note une très grande susceptibilité du nouveau président. Le journaliste de RTL Olivier Bost remarque lui qu'Emmanuel Macron "concentre les pouvoirs à l'Elysée" et qu'il n'a pas "l'intention de donner un très grand rôle à l'Assemblée".

Publicité
L'ancien Premier ministre, Bernard Cazeneuve, était lui aussi plus réservé quant au premier mois de présidence d'Emmanuel Macron. Il déclarait il y a quelques jours : "Nous assistons à une succession d'images sympathiques", rapporte la radio. Un avis partagé par l'économiste Frédéric Farah. "J'observe les idées, et le corpus des idées économiques et sociales, ce sont des idées largement connues, mais emballées dans quelque chose de 2.0. Dans le fond, le neuf je ne le vois pas. C'est creux", a taclé sur RTL l'économiste. 

Vidéo sur le même thème VIDEO Emmanuel Macron : ce curieux geste qu’il a eu avant d’aller voter


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité