Les politiques sont-ils tous victimes de "lynchage médiatique" ? Après une semaine de polémiques, François de Rugy a quitté le gouvernement. Sur le plateau du Grand Oral des Grandes Gueules sur RMC, Rachida Dati est revenue sur son rapport compliqué avec la presse.
AFP

Les médias ont-ils désormais le pouvoir de briser la carrière d’un politique ? A la suite de plusieurs révélations de Mediapart sur le train de vie luxueux de François de Rugy, le ministre de l’Ecologie a pris la décision de déposer sa démission ce mardi 16 juillet. La veille de cette annonce, Emmanuel Macron dénonçait une "République de la délation".

Invitée dans l’émission Le Grand Oral des Grandes Gueules sur RMC ce mercredi 17 juillet, Rachida Dati a fait part de sa propre expérience.

Rachida Dati : un rapport compliqué avec la presse

La maire du VIIème arrondissement et candidate à la mairie de Paris a en effet, elle aussi, eu un rapport compliqué avec la presse. Vie privée, vie de famille… L’ancienne Garde des Sceaux a souvent fait la Une des journaux. Notamment lorsqu’elle était enceinte de sa fille. Elle a d’ailleurs maintes fois dénoncé les critiques sexistes qu’elle a subies pendant sa grossesse. C’est pourquoi l’élue est revenue sur cette période très difficile de sa vie.

"J’ai été très attaquée : sur ma fille, sur ma vie privée, sur ma famille…" Pourtant, "je n’ai jamais exposé ma vie privée et encore moins ma famille. J’étais très soucieuse."

Et d’ajouter : "Je suis très soucieuse de la liberté de la presse, mais j’en ai été victime entre guillemets. "

En effet, lorsqu’elle était enceinte de sa fille Zohra en 2008, Rachida Dati se disait victime d’acharnement. Tenues jugées trop sexy, commentaires liés à son âge ou encore ses relations… "Là où le sexisme m'a le plus choquée, c'est quand j'étais enceinte : critiques sur mon âge, la paternité de ma fille...", confiait-elle à Marie-Claire en octobre 2018.

"Je souhaitais garder ma féminité et cela m'a été violemment reproché par les mêmes petits marquis qui se battent pour la liberté des femmes dans les quartiers sensibles."

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.