Les internautes ne sont pas les seuls à croire aux théories du complot. Jean-Marie Le Pen estime également que l'attentat à Charlie Hebdo est "signé des services secrets".

Jean-Marie Le Pen n’a pas fini de faire parler de lui. Dans une interview accordée au journal russe Komsomolskaya Pravda, le président d’honneur du FN est revenu sur l’attentat contre Charlie Hebdo et la marche républicaine.

A lire aussi : "Je suis Charlie" : les dérapages de Dieudonné et Jean-Marie Le Pen

"Tous ces politiques qui ont manifesté ne sont pas des Charlie mais des charlots (...) incapables de protéger leur pays de l'arrivée des immigrés du Sud", a-t-il fustigé dès la première question.

Au-travers d’accusations discutables, il a également confié être favorable aux théories du complot qui se disséminent sur Internet.

Une opération des "services secrets" ?

Du changement de couleur des rétroviseurs de la voiture des frères Kouachi à la carte d’identité oubliée sur l’un des sièges, pour Jean-Marie Le Pen, l’attentat contre Charlie Hebdo est un complot commandité par les autorités.

A lire aussi : Attentat à Charlie Hebdo : ces théories fumeuses qui se diffusent sur le web

"L'exécution de Charlie Hebdo porte la signature d'une opération des services secrets. Mais nous n'avons pas de preuves. Je ne pense pas que les organisateurs de ce crime soient les autorités françaises mais elles ont permis que ce crime ait lieu. Pour l'instant, ce ne sont que des soupçons", a-t-il confié au journal russe.

Des soupçons qu’il fonde sur un autre complot douteux, celui des attentats du 11 septembre 2001. "La carte d'identité oubliée par les frères Kouachi me rappelle le passeport qui était tombé de l'avion en feu le 11 septembre. Tout New York brûlait et ce passeport était resté intact", explique le frontnationaliste.

Charlie Hebdo : l’ennemi du Front national

Jean-Marie Le Pen n’a également pas caché sa position par rapport à ligne éditoriale de l’hebdomadaire satirique, qualifiant ses journalistes de "trotskistes" et "d’anarchistes", contrairement aux "vrais journalistes russes morts dans le Donbass".

A lire aussi : Jean-Marie Le Pen, le boulet du Front national ?

Un comble de la part de l’ancien leader du parti d’extrême droite qui a accordé son interview au journal de "la vérité de la jeunesse communiste".

Mais qu’à cela ne tienne puisque, selon celui que les journalistes russes présentent comme une "légende de la France", Charlie Hebdo "était l’ennemi de (son) parti".

La faute aux Américains ?

Pour clore cette entrevue riche en révélations, Jean-Marie Le Pen a apporté ses propres explications à la question "Pourquoi Charlie Hebdo n'a pratiquement jamais touché les Juifs ?"

"Les Juifs savent se défendre. Regardez les Femen, elles peuvent courir nues devant le Pape à Rome, se déshabiller à Notre-Dame-de-Paris mais elles ne sont jamais entrées dans une synagogue", a-t-il rétorqué pour le plus grand plaisir du journal russe qui était l’un des rares à faire sa Une sur la marche républicaine de dimanche dernier.

Publicité
Il avait toutefois titré son édition "L’attentat à Paris a-t-il été organisé par les Américains ?". Comme quoi, Jean-Marie Le Pen a su trouver une oreille attentive à ses théories du complot.

A voir sur le même thème : Théorie du complot : "C'est une sorte de dopage"

mots-clés : Charlie hebdo

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité