Charlotte Valandrey s'est confiée sur le rôle principal de "Noce Blanche" qu'elle a perdu en 1989 au profit de Vanessa Paradis. Elle estime que c'est sa séropositivité qui a causé son éviction du film.
"Demain nous appartient" : le jour où Vanessa Paradis a "volé" un rôle à une ancienne actrice de la sérieAFP

C'est une trahison que Charlotte Valendrey n'a jamais digéré. L'ancienne actrice de Demain nous appartient n'a pas toujours pas pardonné, plus de 30 ans après les faits. Invitée de Non Stop People ce lundi 14 juin, l'actrice de 52 ans est revenue sur un rôle qui aurait pu lancer sa carrière et que lui aurait dérobé Vanessa Paradis. Elle est ainsi revenue sur ce jour où elle a perdu le rôle principal de Noce Blanche de Jean-Claude Brisseau, accordé à Vanessa Paradis en 1989. Séropositive depuis peu à l'époque, elle pense que sa maladie a été la cause de son éviction du film. "J'ai répété pendant deux mois avec Jean-Claude Brisseau pour ce rôle. C'est moi qui devait le faire et au bout de deux mois, je lui ai parlé de ma séropositivité parce que c'est quelque chose qui est très lourd à porter et puis je me suis dit que ça pourrait servir le personnage", explique Charlotte Valandrey.

"Ma vie aurait peut-être été différente"

Mais malheureusement, cette confession aurait bouleversé la décision des producteurs de l'inclure dans ce film. "Ce qu’il s’est passé, c’est qu’il en a parlé aux producteurs. Du jour au lendemain, je n’ai plus eu de nouvelles de Jean-Claude Brisseau et j’ai appris après que c’était Vanessa Paradis, et personne ne m’avait prévenue", confie-t-elle avec amertume. Avec le recul, la comédienne regrette même de ne pas avoir caché sa maladie. "Je ne pouvais pas faire autrement. Je ne peux pas en vouloir à la jeune fille que j’ai été de 18 ans d’avoir au bout de deux mois de répétitions parlé au metteur en scène qui est censé avoir envie de travailler avec vous de quelque chose qui est lourd à porter pour moi et dont il ne faut jamais parler. Non, je ne peux pas en vouloir à cette jeune fille d’avoir envie de partager ça. Maintenant, oui c’est dommage, dans l’absolu, ma vie aurait peut-être été différente", reconnaît la comédienne.

Le réalisateur de Noce blanche a pourtant contesté cette version des faits dans Libération en 2005. Il assure qu'à l'annonce de la séropositivité de l'actrice, "les producteurs se montrent sceptiques", mais que lui reste déterminé à garder l'actrice pour le rôle. Ce serait, selon Jean-Claude Brisseau, le médecin de Charlotte Valandrey qui aurait assuré au réalisateur qu'il ne fallait pas la prendre pour ce rôle pour préserver sa santé. "Il est catégorique, me signifiant que je mets sa vie en danger. J'accepte alors de voir Vanessa Paradis. Elle est mon personnage, c'est évident. Je me retrouve déchiré entre mes promesses à Valandrey et mon intérêt pour Paradis. Je tourne des essais 35 mm avec les deux actrices. En les visionnant avec mes collaborateurs, la décision s'impose : Paradis doit jouer dans Noce blanche. Il ne s'agit pas de séropositivité, mais d'un choix cinématographique", avait assuré le réalisateur dans le journal. Le rôle lancera finalement la carrière à succès de Vanessa Paradis qu'on connaît et Charlotte Valandrey reste persuadée que sa maladie lui a fait perdre le rôle.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.