Accepter une succession n'est pas une obligation. Dans de nombreux cas, la renonciation peut être privilégiée. Tout ce qu'il faut savoir avant d'entreprendre des démarches.
Illustration

Héritage : accepter ou refuser ?

Le décès d’un proche est généralement un événement soudain. Si le défunt ne s’est pas entretenu avec ses successeurs sur les conditions d’héritage, vous pouvez vous retrouver héritier malgré vous. Vous serez alors confronté à l’option successorale, c’est à dire accepter le legs ou le refuser.

Publicité

Les raisons d’un refus peuvent être nombreuses : différends avec le défunt, mésentente avec les autres héritiers… Mais aussi la possibilité de s’affranchir des dettes.

Publicité

En effet, les créances sont comprises dans la transmission. Les héritiers sont tenus de régler les dettes du défunt. Refuser un héritage peut alors permettre de se prémunir de mauvaises surprises.

A lire aussi :  Assurance-vie : pourquoi n'est-elle pas prise en compte dans une succession ?