Malgré la mise en place du prélèvement à la source, de très nombreux Français ont tout de même reçu leur déclaration pré-remplie pour l'année 2018. De quoi susciter quelques questions, dont la plus importante de toutes : allez-vous payer deux fois l'impôt cette année ?

C’est l’Or, il est l’Or ! Non pas de se lever, comme dans La folie des grandeurs, mais de déclarer ses revenus au fisc. Le 9 avril dernier, Gérald Darmanin lançait d’ailleurs la campagne de déclarations des revenus pour l’année 2019. Et, comme le rappelle Le Monde, le ministre n’a pas hésité à le rappeler : chacun doit détailler les émoluments perçus en 2018 auprès de la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Il est possible de le faire depuis le mercredi 10 avril, sur le site du ministère.

La promesse du prélèvement à la source implique de payer en 2019 les impôts concernant les gains de l’année en cours. Avant sa mise en place, le 1er janvier dernier, les Français étaient taxés avec un an de retard. C’est pourquoi en 2018, l’impôt portait sur les revenus touchés en 2017. Pour éviter un risque de double imposition, le gouvernement a donc décidé de mettre en place une année blanche. Cela signifie que vous n’aurez jamais à payer d’impôts sur les sommes touchées l’année passé, indique le quotidien du soir.

A partir de 2020, 8 millions de foyers fiscaux ne devraient plus à avoir besoin de déclarer leur revenus au fisc. Mais d’ici là l’obligation demeure : elle doit permettre à l’administration fiscale d’ajuster votre taux d’imposition et de tenir compte des sommes que vous avez perçu tout au long de l’année passée. Le nouveau taux ainsi calculé ne sera pas appliqué avant septembre 2019.

Cette déclaration - obligatoire pour tous les Français, y compris non-imposable, rappelons-le - offre aussi la possibilité à celles et ceux qui n’ont pas actualisé leur taux d’imposition de le faire. Enfin, c’est grâce à elle qu’il sera possible de percevoir les éventuels crédits ou réductions d’impôts auxquels vous pouvez prétendre. Comme par le passé, il vous faudra déclarer vos dépenses en 2018 pour obtenir le crédit d’impôt plus tard, à horizon 2020, rappelle le site d’information.

Impôts : ces sommes sur lesquelles vous serez tout de même imposé

Pour "éviter les optimisations fiscales" qui ne seraient "pas conforme" à l’idée que le gouvernement se fait "du paiement de l’impôt et notamment du juste impôt", Gérald Darmanin a tout de même décidé de taxer certains revenus.

Il s’agit des revenus dits "exceptionnels", que chaque contribuable devra mentionner de lui même dans sa déclaration, rappelle le mensuel spécialisé en économie Capital. Fondamentalement, il s’agit d’un "revenu qu’on n’a pas d’ordinaire", explique le ministre de l’Action et des Comptes publics.

"Si chaque année, vous avez une prime, c’est un revenu ordinaire, même si elle varie de 100 ou de 200 euros. Si en revanche, vous avez eu 100 000 euros de dividendes, il faut les déclarer pour payer des impôts dessus", a-t-il poursuivi, rapporte le journal à parution quotidienne.

D’autres types d’émoluments très ponctuels sont également à prendre en compte, si leur gain n’a pas vocation à être renouvelé. C’est notamment le cas, par exemple, d’une prime de départ à la retraite.

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.