Ce vendredi 18 février, soit le jour de son anniversaire, Nordhal Lelandais, qui a avoué le meurtre de la jeune Maëlys, commis en 2017, a été condamné. Malgré les mystères qui restent sur l'affaire, son sort est désormais fixé.
 Affaire Maëlys : le verdict est tombé pour Nordhal LelandaisAFP
Sommaire

Condamné à la perpétuité avec 22 ans de sûreté. Telle est la peine dont a écopé Nordahl Lelandais, à l’issu du procès concernant le meurtre de la jeune Maëlys, commis en 2017. L’homme, également accusé d’avoir agressé sexuellement et d’avoir filmé avec son téléphone portable ses petites cousines passera donc la majeure partie de sa vie en prison, rapporte Cnews.

Affaire Maëlys : la famille est soulagée

"La famille est soulagée", a indiqué à la sortie du tribunal Maître Caroline Rémond, l’avocate des petites cousines du meurtrier, qui lui donne "rendez-vous dans 22 ans". De son côté, alors dans son box à l’annonce du verdict, a réagi calmement. Comme le note l’AFP, cette sentence d'une peine maximale survient le même le jour que son anniversaire.

Malgré le jugement, des zones d’ombre demeurent.

"Que peut-on conclure de ce procès ? Des aveux et encore des mystères, et je crois que le mystère restera jusqu’à la fin", a estimé ce vendredi Jacques Dallest, le procureur général de Grenoble. Il a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans contre l’ancien militaire. Selon lui, il est un "danger social absolu".

Après des années d’enquêtes et de longues semaines d’audience, les doutes et les mystères persistent sur cette affaire. L’ex maître-chien a certes, dès le début du procès, avoué avoir tué la petite fille, mais les circonstances de sa mort n’ont pas été élucidées. S’il affirmait au départ que Maëlys était montée "volontairement" dans sa voiture, et qu’il n’a pas voulu la tuer "intentionnellement", le pédocriminel a finalement reconnu avoir porté "des coups volontaires" à l’enfant.

A-t-elle également été violée ?

Affaire Maëlys : "Nous ne pouvons pas démontrer le viol"

Malgré les accusations d’agressions sexuelles sur deux de ses petites-cousines de 4 et 6 ans ainsi que des preuves en sa défaveur sur la consultation de contenus pédopornographiques sur Internet, l’accusé n’a cessé de réfuter le mobile sexuel dans l’affaire Maëlys.

"Nous ne pouvons pas démontrer le viol. Je comprends que moralement parlant celui puisse choquer, mais nous n’avons pas de quoi reprocher le crime de viol de Maëlys à Nordahl Lelandais", a déclaré l’avocat général au cours de son réquisitoire. Les enquêteurs n’ont en effet retrouvé aucune preuve matérielle d’une éventuelle agression sexuelle ou viol.

L’accusé fera-t-il appel du jugement ?

Affaire Maëlys : "Il n'y aura pas d'appel"

"Il n'y aura pas d'appel parce que c'est dans la continuité de ce que Nordahl Lelandais a dit à l'audience", a précisé son avocat, Maître Jakubowicz. Et d’ajouter : "Il a pris conscience d'un certain nombre de choses."

Pour rappel, Nordahl Lelandais a déjà été condamné à 20 ans de réclusion criminelle en mai dernier, pour le meurtre d’Arthur Noyer. Toutefois, les années de prison ne peuvent être additionnées, en raison d’un principe de non-cumul des peines s’appliquant dans le droit pénal. Seule la plus longue est retenue.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.