Epargne : ce qu’il faut faire de l’argent que vous oubliez sur votre compte
Les Françaises et les Français laissent trop d'argent sur leur compte courant. C'est une très mauvaise idée.

Savez-vous combien les Françaises et les Français gardent sur leur compte ? Beaucoup trop, sans doute, aux yeux de l’essentiel des conseillers bancaires chargés de les épauler et de les guider vers une meilleure gestion de leur argent. En moyenne, ce qui implique de garder en tête que les valeurs extrêmes (qu’elles soient très basses ou très élevées) tendent à déformer la perception que l’on peut nourrir de la richesse supposée des ménages, ils conservent 18 430 euros. Ce matelas plus que confortable sommeille donc au fond d’un coffre qui ne rapporte rien, puisque ce pactole, souligne Ouest-France, n’est pratiquement jamais rémunéré.

Epargne : combien faut-il garder sur son compte courant ?

En tout et pour tout, rappelle le quotidien régional, ce sont quelque 544 milliards d’euros qui dorment en France, en 2022. Ce montant s’explique relativement aisément : le compte courant, à défaut d’être un placement rentable, demeure un support simple d’utilisation et globalement sécurisé (il profite de la garantie des dépôts jusqu’à 100 000 euros). Cela étant dit, il fait mauvais ménage avec l’inflation… et même hors période de crise, il est toujours bénéfique d’opter pour des produits plus rémunérateurs. Plus d’informations à ce propos dans notre diaporama, que vous retrouverez ci-après.

Est-ce à dire qu’il ne faut pas garder d’argent sur son compte courant ? Naturellement, non ! Mais il ne faut pas en avoir trop. D’après Mieux Vivre-Votre Argent, il vaut mieux conserver entre trois et six mois de revenus de précaution, pour pouvoir payer en cas de déconvenue inattendue. A bon entendeur.

1 - Le Livret A et les autres livrets réglementés

1/5
1 - Le Livret A et les autres livrets réglementés

Le Livret A est aujourd’hui plus rentable qu’il ne l’était aux débuts de l’inflation. C’est vrai également pour le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), dont le taux a suivi celui de son grand frère et a donc été relevé à 2%. C’est trop peu pour lutter contre l’inflation, dont les estimations des derniers mois oscillent entre 5 et 6%, mais c’est toujours mieux que les 0% du compte courant. Quand c’est possible, pensez aussi au LEP, dont le taux est bien plus élevé.

2 - Le PEL

2/5
2 - Le PEL

Le plan d’épargne logement est un très bon placement réglementé, particulièrement quand il a été ouvert il y a longtemps, puisque son rendement est fixe et garanti sur toute sa durée. Concrètement, cela veut dire que son taux de rentabilité peut avoir été déterminé en des temps plus favorables à l’épargnant, ce qui n’est pas négligeable. Il revient normalement au banquier de conseiller de tels produits sans risque, quand un client utilise exclusivement (ou quasi-exclusivement) son compte courant. 

3 - L’immobilier

3/5
3 - L’immobilier

L’immobilier constitue une solution viable, quand un tel investissement est possible, rappelle Pleine Vie sur son site. Fort heureusement, il est aussi possible de passer par les SCPI pour réduire le coût d’entrée. Dans un cas comme dans l’autre, c’est l’occasion de diversifier son patrimoine et potentiellement de prévoir sa succession. Il est possible d’en tirer plusieurs sources de revenus : à la location ou à la vente par exemple.

4 - Certains contrats d’assurance-vie

4/5
4 - Certains contrats d’assurance-vie

L’assurance-vie, comme le Livret A, compte parmi les placements préférés des Françaises et des Français. Malheureusement, certaines versions de l’assurance vie ne sont pas assez rentables pour lutter contre l’inflation. C’est le cas des fonds en euros, moins risqués, qui demeurent plus intéressants qu’un simple compte courant. Pour gagner davantage, cela dit, il faudra se tourner vers les unités de compte.

Voir la suite du diaporama

5 - Le PER

5/5
5 - Le PER

Le Plan d’épargne retraite présente un avantage très clair : il permet de préparer… sa retraite. Se faisant, il est possible de défiscaliser à l’entrée les sommes placées (il faudra cependant les re-fiscaliser à la sortie). Il s'agit donc d’un plan d’épargne de long terme.