L'exercice du pouvoir peut s'avérer particulièrement pesant pour quiconque entend mener une vie de couple. Entre ceux qui ont explosé en vol et ceux qui ont dû tout lâcher pour préserver leur vie de famille, les histoires d'amour semblent peu compatibles avec le palais de l'Elysée…
AFP

"Tout le monde est rincé", lance sans détour cet ancien conseiller ministériel dans les colonnes de France Info. Il a travaillé pour Emmanuel Macron, mais préfère désormais quitter le monde politique et retourner dans le privé "pour se poser et devenir père", explique-t-il. Depuis le début du mandat présidentiel en cours, l’actualité a en parti été rythmée par la valse des conseils du président…

Nombre d’entre eux, semblent-ils, pourraient avoir quitté le navire en partie pour préserver leur vie de famille. "Beaucoup de couples ont explosé, le boulot finit souvent par une valise sur le palier", assure en effet un autre proche du pouvoir, lui aussi parti.

Récemment, le palais de l’Elysée organisait un pot de départ commun pour les 17 salariés qui ont décidé de quitter le 55 rue Faubourg-Saint Honoré. Parmi eux on retrouve notamment Ismaël Emelien - qui a été mis en cause dans l’affaire Benalla - ainsi que David Amiel, le bras droit d’Alexis Kohler.

Étaient également présents Sylvain Fort ou Sibeth N’Diaye… Ces défections, qui s’ajoutent aux enquêtes visant certains proches du président de la République, affaiblissent plus que de raison sa garde rapprochée, d’après le site d’information.

Emmanuel Macron : une succession de départs compliqués ?

Tous les conseillers et les ministres du président ne sont pas partis pour préserver leur couple. Certains, comme Nathalie Loiseau ont quitté le gouvernement pour d’autres raisons. L’ancienne ministre chargée des Affaires européennes a remis sa démission pour pouvoir prendre la tête de la liste LREM aux européennes, dont le premier tour aura lieu le 25 mai 2019.

Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du gouvernement, est lui aussi parti pour des raisons électorales. Il entend, en effet, briguer la mairie de Paris et succéder à Anne Hidalgo à la tête de la capitale.

Cependant, et en dépit du fait qu’ils continuent pour certains de porter les couleurs de la République en Marche, ces départs risquent d’affaiblir le président souligne RTL. La radio décrit plusieurs des ces "partants" comme des "piliers du système Macron, entrés à son service avant même la campagne présidentielle". Autant de séparations qui, selon le site d’information, illustrent une certaine "usure"...