Supermarché : ces volailles qui pourraient manquer dans vos rayons
Une redoutable épidémie de grippe aviaire dans les élevages français de volailles risque de perturber le quotidien des consommateurs. Avec plus de 10 millions d'oiseaux abattus, des difficultés d'approvisionnement et une hausse des prix sont à prévoir.

L’augmentation du prix des matières premières ou la guerre en Ukraine ne sont pas les seules raisons pour lesquelles certains produits risquent de se faire de plus en plus rares dans les prochains mois. La propagation rapide de l ’influenza aviaire, plus communément appelée grippe aviaire, décime les élevages de volailles français depuis plusieurs semaines.

Depuis la découverte du premier foyer de contamination le 26 novembre 2021, ce sont plus de 1 0 millions de volailles qui ont dû être abattues, précise Le Parisien.

Cette vague de grippe aviaire est sans précédent. Au 25 mars 2022, l’Hexagone “compte 1028 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en élevage, 39 cas en faune sauvage et 19 cas en basse-cours”, indique le site du ministère de l’Agriculture.

Deux régions sont principalement touchées : le Pays de la Loire et le Sud-Ouest. Il regroupent la grande majorité des foyers de contaminations. Voici les département les plus touchés :

  • Pyrénées Atlantiques (64) : au 25 mars 2022, le département compte 71 foyers.
  • Loire-Atlantique (44) : au 25 mars 2022, le département compte 75 foyers.
  • Maine-et-Loire (49) : au 25 mars 2022, le département compte 79 foyers.
  • Landes (40) : au 25 mars 2022, le département compte 231 foyers.
  • Vendée (85) : au 25 mars 2022, le département compte 473 foyers.

Grippe aviaire : une crise mondiale

La France n’est pas la seule nation à être touchée par cette propagation rapide de la grippe aviaire. En effet, “34 pays d’Europe sont confrontés à l’épidémie de grippe aviaire, notamment les pays du nord”, rapporte Le Parisien. Ce virus, ne s’arrête pas aux frontières du vieux continent. Les Etats-Unis sont eux-aussi confrontés à l’influenza aviaire. Dans le pays, plusieurs élevages de volailles contaminées ont été découverts.

Grippe aviaire : quelle conséquence pour les consommateurs ?

Pour endiguer la propagation du virus, il existe des mesures strictes. Dès qu’un foyer de grippe aviaire est détecté, voici les étapes à suivre d’après le site du ministère de l’agriculture :

  • abattage préventif des animaux dans un périmètre défini par arrêté préfectoral,
  • désinfection des sites,
  • i nterdiction des mouvements de volailles dans des zones de protection et de surveillance définies autour des foyers.”

Une procédure qui risque de se répercuter sur le quotidien des Français. En effet, le virus a déjà causé la mort de plusieurs millions d’oiseaux, ce qui devrait entraîner une augmentation des prix de la volaille dans vos rayons. Cette situation pourrait aussi créer des difficultés d’approvisionnement dans les supermarchés ou dans la restauration.

En effet, après la désinfection d’un site contaminé, il faut attendre plusieurs jours avant de revenir à une situation normale. Si cela ne prend que quelques jours avec le poulet, il faut compter “entre 3 et 4 mois pour le canard et la dinde", explique Yann Nédélec, directeur de l’Anvol, dans les colonnes du Parisien. Un délai pendant lequel il en appelle à la “compréhension” des consommateurs.

Pénuries : les restaurateurs contraints de modifier leurs cartes 

Entre la grippe aviaire, le réchauffement climatique et la guerre en Ukraine, de nombreux produits commençent à se faire rares dans les rayons du supermarché, mais aussi dans les restaurants de l'Hexagone. En proie à des difficultés d'approvisionnement en huile de tournesol, notamment, certains professionels ont décidé de la remplacer. De la même manière, certains plats, comme le cassoulet dernièrement, disparaissent peu à peu des cartes, faute d'ingrédients pour les préparer. 

Dans le diaporama ci-dessous, retrouvez les produits qui risquent de manquer dans vos rayons dans les semaines à venir.

Le poulet

1/5
Le poulet

Les poulets pourraient se faire de plus en plus rare dans vos rayons au supermarché et chez le traiteur. Les éleveurs de poulets sont les premiers touchés par cette nouvelle vague de grippe aviaire. 

La dinde

2/5
La dinde

La dinde n'échappe pas à cette propagation rapide de la grippe aviaire. Plusieurs millions de volailles ont du être abattues depuis le début de l'année. 

Le foie gras

3/5
Le foie gras

Qu'il soit de canard ou d'oie, le fois gras risque de manquer dans vos rayons. En effet, les deux volailles sont touchées par la propagation rapide de la grippe aviaire. 

Le canard

4/5
Le canard

Les canards ne sont pas épargnés par cette vague de grippe aviaire. Comme pour le poulet et la dinde, plusieurs millions d'oiseaux ont été abattus depuis le début de l'année. "Conséquence : dans le Sud-Ouest, le magret a disparu des cartes des restaurants", rapporte Capital. La situation devrait durer tout l'été. 

Voir la suite du diaporama

La pintade

5/5
La pintade

Dans les prochaines semaines, il devrait être de plus en plus rare de trouver des pintades dans les rayons de vos supermarchés. Ces oiseaux sont aussi concernés par cette propagation rapide de la grippe aviaire. Conséquence : plusieurs milliers de volatiles ont été abattus depuis le début de l'année.