INTERVIEW. Limitations des rassemblements, fermeture des restaurants… Mercredi 23 septembre, les annonces d'Olivier Véran visant à ralentir la propagation du coronavirus dans certains départements ont eu l'effet d'un cataclysme. Qu'en pensent les restaurateurs ?
Alerte maximale en France : les nouvelles rumeurs qui circulent pour les semaines à venirIllustrationIstock

De nouvelles mesures strictes, qui ont du mal à être acceptées. Les dernières annonces du ministre de la Santé laissent présager pour certains, un nouveau scénario catastrophe. Une situation proche du confinement, qui mettrait gravement en danger l’économie française, déjà en mauvaise posture.

Au vu de la résurgence importante de l’épidémie dans l’Hexagone, le gouvernement a en effet pris des décisions radicales. Selon les données de Santé publique France, 13 072 nouveaux cas et 43 décès ont été recensés dans les dernières 24 heures. Des chiffres qui ne cessent d’augmenter au fil des jours.

Ainsi, ce mercredi 23 septembre, durant le point d’information hebdomadaire, Olivier Véran, après avoir fait le point sur la situation sanitaire actuelle, a prononcé de nouvelles restrictions. Elles entreront en vigueur lundi prochain, soit le 28 septembre, dans les zones d’alerte, désormais classées en roses, rouges et écarlates.

Coronavirus : les restrictions dans les différentes zones d’alerte

Dans les 69 départements en zone rose (Corse, Landes, Nièvre…), où le taux d’incidence est supérieur à 50 pour 100 000 habitants, les réunions, baptêmes et mariages ne devront pas dépasser 30 personnes.

Dans les zones rouges (en alerte renforcée), les restrictions sont un peu plus sévères. Elles concernent 11 villes : Paris, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Rennes, Rouen, Grenoble, Bordeaux, Montpellier et Saint-Etienne. Les grands événements et rassemblements sont désormais limités à 1000 personnes. Les salles de sport, gymnases et salles de fêtes seront fermées dès lundi et les bars et restaurants fermeront obligatoirement à 22 heures.

A Marseille et en Guadeloupe, actuellement en zone d’alerte maximale (écarlate), les restaurateurs sont dépités. Les bars et les restaurants devront en effet fermer totalement et immédiatement dès lundi, pour deux semaines.

Que se passerait-il alors si un département venait à dépasser cette zone maximale ? "Nous n'aurions pas d'autre choix que de déclencher l'état d'urgence sanitaire dans les territoires concernés", alerte Olivier Véran.

De quoi déclencher une vague de colère, d’incompréhension et de peur…

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Vidéo : Covid-19 : une expérience illustre la transmission du virus lors d'un repas

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.