Peugeot 308 et 508, Ford Focus, Seat Leon… Au grand dam des automobilistes, le déploiement des voitures-radar privatisées sur les routes françaises continuent. Dans quelles zones est-il difficile d'y échapper ?
Voitures-radar privatisées : tous les départements où il faut se méfier sur les routes

"La première cause d’accidentologie demeure la vitesse, qui représente un quart des accidents", alerte la préfecture du Pas-de-Calais dans les colonnes de La Voix du Nord.

Pour lutter contre ce fléau, le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) a décidé le 2 octobre 2015 de confier la conduite de véhicules-radar à des opérateurs privés. Depuis 2018, un déploiement progressif est ainsi opéré sur les routes françaises.

Objectif du dispositif, faire respecter les limitations de vitesse en allongeant les plages horaires de circulation de ces véhicules sur les routes les plus accidentogènes et permettre aux forces de l’ordre de se consacrer à des tâches "plus qualifiées comme l’interception au bord des routes (alcoolémie et stupéfiants)", note la préfecture.

Voitures-radar : les repérer n’est pas si simple

Les voitures radars, généralement des berlines banalisées (Peugeot 308 et 508, Ford Focus,  Volkswagen Passat, Seat Leon, Skoda Octavia 3) sont conduites par un chauffeur employé par une société privée. Équipées de caméras posées sur les plages avant et arrière, elles parcourent généralement des itinéraires prédéfinis sur des routes sans séparateur central.

Ces véhicules, qui circulent sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre, contrôlent et flashent les engins en excès de vitesse qui les doublent et ceux qu'elles croisent. Et ce, sans flash visible. Chaque voiture est utilisée en moyenne 5 à 6 heures par jour. Afin d’obtenir la vitesse retenue, la vitesse mesurée par le radar est minorée de 10 km/h ou de 10%, indique le site spécialisé Radars-auto.com.

Les images sont ensuite envoyées directement au Centre National de Traitement de Rennes qui se charge d’éditer et d’envoyer l'avis de contravention au propriétaire du véhicule sous une dizaine de jours.

Si ces véhicules devraient circuler d’ici au début de l’année 2022 dans les régions Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est et Nouvelle Aquitaine, quels sont les départements où ces radars privés sont d’ores et déjà déployés ? Où vont par ailleurs silloner 4 nouveaux véhicules à partir du 15 février ? Faisons le point dans notre diaporama ci-dessous.

Haute-Vienne

1/10
Haute-Vienne

Les verbalisations émises par les voitures-radar ont débuté le 1er août 2021. Les verbalisations émises par les voitures-radar ont débuté le 1er août 2021.

Deux-Sèvres

2/10
Deux-Sèvres

Les voitures-radar circulent dans ce département depuis la mi-août.

Nord

3/10
Nord

Le déploiement a débuté dans ce département.

Pas-de-Calais

4/10
Pas-de-Calais

Le déploiement a débuté dans ce département.

Aube

5/10
Aube

Le déploiement a débuté dans ce département.

Charente

6/10
Charente

Le déploiement a débuté dans ce département.

Landes

7/10
Landes

Le déploiement a débuté dans ce département.

Bas-Rhin

8/10
Bas-Rhin

Le déploiement a débuté dans ce département.

Saône-et-Loire

9/10
Saône-et-Loire

Dès le 15 février, 4 véhicules radar privés vont sillonner les routes de ce département, annonce la préfecture de Saône-et-Loire dans un communiqué. Cela devrait "permettre un contrôle plus fin des itinéraires les plus accidentogènes, permettre aux forces de l’ordre de pouvoir mener d’autres types de contrôles sur les routes (alcool et produits stupéfiants par exemple) et des contrôles avec interception".

Côte-d'Or

10/10
Côte-d'Or

Comme l’a annoncé la préfecture de Côte-d'Or, trois voitures radar privées vont être déployées au cours des mois de mars-avril.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.