Certains ménages exonérés de taxe d'habitation l'année dernière devront tout de même la payer cette année. Cela concerne plusieurs centaines de milliers de Français… Qu'en est-il de vous ?
Taxe d'habitation : cette très mauvaise surprise que vous réserve (peut-être) le fiscIstock

Mauvaise surprise. Vous pensiez en avoir fini avec la taxe d'habitation ? Après tout, quoi de plus normal : Emmanuel Macron n'a eu de cesse de promettre sa suppression pour 80% des ménages de France et, d'ici 2023, même les 20% des plus aisés ne devraient plus avoir à la payer. Il est même probable que vous ne l'ayez pas payée l'année passée… Et pourtant, il faudra peut-être le faire en 2020. Y compris sur votre résidence principale.

La confusion pourrait durer longtemps, explique Le Figaro, qui revient en long, en large et en travers sur cet étrange pot au rose. Elle est mécanique : la période de transition entre la suppression réelle et celle à venir ne peut qu'engendrer une situation aussi particulière, souligne le quotidien. Rien à voir, donc, avec d'éventuelles velléités du chef de l'Etat de ne pas tenir ses engagements puisque pour une majorité de Françaises et de Français, ils sont tenus. En 2018 et en 2019, 80% des contribuables ont effectivement bénéficié d'allégements successifs. Le problème est ailleurs.

D'ici à la suppression définitive, c'est un fait établi, certains continueront à la payer. Or, tant que la taxe n'est pas complètement abandonnée, les Français seront susceptibles de voyager entre les catégories de population jugées exonérées… et celles imposables.

Combien de Français vont finalement devoir payer la taxe d'habitation cette année ?

En tout et pour tout, révèle Le Figaro, quelque 800 000 foyers fiscaux sont concernés par cette - très - mauvaise surprise. Après avoir été exonérés les années précédentes, ils vont donc devoir régler 100% de la taxe sur leur résidence principale ; et potentiellement sur leurs éventuelles résidences secondaires, s'ils en possèdent. Pour d'autres, en revanche, c'est la situation inverse qui pourrait se produire. Faisons le point.

GRATUIT, simple et rapide : Trouvez le bien immobilier pour investir ou habiter

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.