Livret A, LDDS… Ces derniers mois, les versements sur les livrets réglementés ont battu tous les records. Or, mis à part vous rassurer ou vous permettre un retrait rapide en cas de coup dur, cette épargne de précaution ne vous rapporte quasiment rien. Voici quelques conseils pour mieux placer votre argent, en fonction de votre profil.
Retraités, propriétaires, salariés… Comment optimiser votre épargne accumulée durant la crise ?IllustrationIstock

100 milliards d’euros. Voici le montant que pourrait dépasser "l’épargne forcée" des Français d’ici la fin de l’année, d’après la Banque de France. Produits les plus prisés, l’épargne réglementée. Le Livret A – dont le taux a été abaissé à 0,5% le 1ᵉʳ février 2020- arrive en tête, avec 22,25 milliards déposés à fin juillet, selon les dernières données de la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) totalise quant à lui 6,36 milliards d’euros sur les 7 premiers mois de l’année. Ils sont en revanche bien loin des sommes accumulées sur les dépôts à vue (comptes courants des particuliers), qui ont atteint 62 milliards d’euros entre le 1ᵉʳ mars et le 31 juillet. Soit un montant colossal qui ne rapporte rien, alors que vous pourriez faire fructifier votre argent, selon votre profil.

Que vous soyez salariés, fortement imposés, propriétaires ou retraités, il existe en effet différents moyens de placer intelligemment votre épargne exceptionnelle.

Epargne exceptionnelle : comment bien la placer si vous êtes fortement imposé ?

Vous avez entre 40 et 50 ans et souhaitez diminuer vos impôts, trop élevés selon vous ? Pourquoi ne pas investir dans l’immobilier locatif neuf ? Si vous disposez de 15 000 euros d’épargne et que vous activez le levier du crédit immobilier, cela peut être avantageux.

Comme l’indique Capital, le dispositif Pinel vous permettra alors de profiter d’une réduction d’impôt de 12% ou 18%, en échange d’un engagement à louer le bien pendant 6 ou 9 ans.

Si la durée de location est reculée à 12 ans, vous pouvez même jouir d’un avantage fiscal de 21%. Attention toutefois, veillez à bien identifier les opportunités avant de vous lancer (grandes villes, biens proches des commodités, demande locative croissante…). Des critères sont également imposés : la réduction d’impôt est possible jusqu’à 300 000 euros d’investissement et le prix bien convoité ne doit pas dépasser 5 500 euros par mètre carré. S’y ajoutent des plafonds de loyers ainsi que des revenus du locataire.

La réduction d’impôt IR-PME peut également être intéressante. L’avantage fiscal peut monter à 25% en investissant, avant le 31 décembre, au capital d’une PME. Vous pouvez également souscrire des parts de fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et de fonds d’investissement de proximité (FIP). Ceux-ci seront toutefois bloqués pendant 5 ans.

Vous êtes propriétaire ? Voici alors comment optimiser votre argent accumulé durant le confinement et après.

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Vidéo : L'épargne de précaution : de quoi s'agit-il ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.