Ils ont franchi le Rubicon. En Irlande, certains établissements bancaires n'hésitent plus à taxer les dépôts des épargnants… Et pourraient donc de facto minorer les pensions des retraités. La France va-t-elle en faire autant ?
Retraite : serez-vous bientôt ponctionnés ?Istock

"Les prudents, qui se sont donnés la peine de pourvoir à leur retraite, se retrouvent punis", assène sobrement le journal britannique The Independant. Comme l'explique Le Figaro, certaines banques d'Irlande ont récemment décidé de taxer les dépôts réalisés par les épargnants - en vue de leur cessation d'activité, donc - pour compenser les taux bas. Un "tabou" qui, progressivement, "s'effrite", commente d'ailleurs le quotidien national. En Irlande, la décision fait débat : ce sont des établissements privés qui imposent, mécaniquement ou presque, une minoration des pensions de retraite moyennes.

La situation est d'autant plus inquiétante, explique le titre de presse, qu'elle pourrait entraîner une réflexion globale à échelle européenne et donc inclure également l'Hexagone. Car elle ne résulte pas du coronavirus Covid-19, dont les impacts sur le Vieux Continent peuvent considérablement varier d'un pays à un autre. Non, souligne le journal marqué à droite : ce sont les taux bas décidés par la Banque Centrale Européenne qu'il faut blâmer.

Une situation globale, qui impacte également la France ?

"La baisse des taux d'intérêts remet en question le modèle économique des banques de la zone euro", explique Bruno de Saint-Florent, associé en charge des services financiers pour Monitor Deloitte et interrogé par Le Figaro. Il poursuit : "C'est la nature même d'une situation monétaire où les taux sont négatifs. Des impacts économiques positifs et négatifs en découlent, y compris parfois des coûts pour les clients finaux".

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.