D'après l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), 75 milliards d'euros auraient dû être dépensés depuis la mi-mars. Pourtant, l'épargne atteint un record absolu. Près de 86 milliards d'euros, ont été placés, dont 1,8 milliard d'euros sur le Livret A en juillet dernier.
Livret A : pourquoi la ruée vers ce produit peu intéressant continue ?IllustrationIstock
Sommaire

Il ne rapporte quasi plus rien, et pourtant…Le Livret A, dont le taux a baissé à 0,5% le 1ᵉʳ février 2020, reste le produit d’épargne de précaution préférée des Français. D’autant plus en ces temps de crise sanitaire et économique, où l’avenir demeure incertain. Ces derniers mois, les ménages se sont voulus très prudents. Près de 40 milliards d’euros ont dormi sur les comptes courants de fin février à juin. Les caisses du Livret A se sont également grandement remplies : 15,12 milliards d’euros de mars à juin 2020.

Livret A : l’arrivée de l’été n’a rien changé

Les vacances estivales auraient dû inverser la situation. Il n’en est rien. Si, habituellement, les citoyens piochent dans leurs réserves pour partir en vacances à cette période de l’année, ils ont préféré épargner encore davantage cet été. 1,8 milliard d’euros ont ainsi été déposés sur le Livret A, en juillet dernier. Au total, l’argent épargné depuis le début de la crise avoisine les 86 milliards d'euros (85,6 milliards précisément), selon les chiffres publiés ce vendredi 4 septembre 2020 par la Banque de France, rapporte Le Parisien.

Ce phénomène ne cesse d’inquiéter le gouvernement depuis plusieurs mois. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire souhaite ainsi "que les Français dépensent" pour relancer l’économie.

Inciter les Français à consommer est d’ailleurs l’un des enjeux du plan de relance de 100 milliards d'euros présenté jeudi 3 septembre par le gouvernement.

"La consommation, elle a redémarré en mai, en juin, en juillet. Nous venons d'avoir les chiffres de la TVA pour le mois d'août, 15,5 milliards d'euros de recettes, c'est 0,7 milliard de plus qu'en août 2019. Donc c'est un chiffre très tangible pour montrer que la consommation redémarre" a déclaré vendredi Bruno Le Maire, sur BFMTV et RMC.

Les Français restent toutefois toujours très prudents…

Livret A : une sécurité avant tout

Le contexte économique, encore anxiogène, du fait de la récession et du chômage, ne joue pas en faveur de la consommation. Or, si le Livret A, ne rapporte que très peu, il offre avant tout une sécurité. Le climat incertain des prochains mois (seconde vague, reconfinement…) n’est pas près de renverser la situation. Les foyers français se ruent alors vers l’épargne de précaution, et ne sont pas prêts à prendre des risques. Et ce, même si le marché boursier offre toujours de belles opportunités.

Car sur le Livret A et autres LDDS, l’argent reste disponible, à chaque instant.

Livret A : une forte collecte devrait se poursuivre dans les mois à venir

Pas de risque de perte en capital, argent disponible à tout moment… Voici les gros atouts de ce placement, malgré son taux historiquement bas. Pour Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne, "les craintes de deuxième vague et les menaces sur l’emploi devraient conduire à maintenir un fort volant d’épargne de précaution, favorisé pour le moment par le maintien du pouvoir d’achat des ménages, comme l’a souligné récemment une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Osons parler d'obsèques ! Conférence en ligne jeudi 2 juin à 15 heures. Olivier Noel, expert en gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans répondra à toutes vos questions !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.