Malgré des taux encore attractifs, 1,25% en juillet, les conséquences de la crise sanitaire et économique pèsent encore lourd sur la production de crédits, selon L'Observatoire crédit logement/CSA. L'absence d'apport devient-il alors un frein à l'emprunt ? Faisons le point.
Crédit immobilier : avec ou sans apport, quelles différences ?Istock

"Les conséquences économiques et sociales de la crise de la Covid-19 pèsent encore fortement sur la production de crédits".L’Observatoire Crédit Logement / CSA n’en doute pas. Le marché immobilier, s’était d’ailleurs déjà tendu après le durcissement des conditions d’octroi, en décembre 2019, par le Haut conseil de stabilité financière (HCSF). Afin de limiter l’endettement sur les revenus, l’organisme a ordonné aux banques d’être plus rigoureuses. Le taux d’effort de 33% et le plafond de durée des prêts à 25 ans doivent, entre autres, être scrupuleusement respectés.

La situation peut donc "amener les ménages à devoir mobiliser un apport personnel de plus en plus élevé pour financer leur projet", examine la Fédération bancaire française.

La crise sociale, qui a rendu les banques frileuses, ont aussi, de leurs côtés, renforcé leur vigilance sur les dossiers présentés.

"La montée du chômage et les pertes de pouvoir d’achat ont en effet accru la probabilité de survenance des défauts de remboursement", précise L’Observatoire Crédit Logement/ /CSA. Les banques ont donc, dans un premier temps, élevé les taux des nouveaux crédits accordés, pour limiter les dégâts sur les équilibres financiers.

Crédit immobilier : révision des taux pour soutenir la demande

Après des mois de légers rebonds, les banques ont décidé en juillet 2020 de réviser leurs barèmes à la baisse. Le taux moyen a ainsi reculé de 4 points (1,25% en moyenne contre 1,29% en juin dernier), pour soutenir la demande de crédits immobiliers.

Malgré cela, certains profils, qui étaient jusqu’ici éligibles facilement à un prêt doivent à présent réviser leur projet immobilier (surface plus petite, ou apport plus conséquent).

Comme le constate l’organisme, la production vers des prêts de plus courte durée engendre une transformation de la clientèle et "recentre le marché sur des acheteurs plus aisés".

Cela signifie-t-il qu’un apport est désormais obligatoire pour espérer obtenir un prêt ?

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Vidéo : Crédit immobilier : pouvez-vous renégocier votre dossier ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.