Le principal suspect des affaires Maëlys et Noyer est dans l'attente d'un autre jugement. Devant le tribunal correctionnel, il est cette fois-ci la victime.

Il est soupçonné de meurtre, pourrait être poursuivi pour viol. Certaines vidéos compromettantes le montreraient en train de s'en prendre sexuellement à certaines de ses petites cousines. Incarcéré à l'isolement au centre de détention de Saint-Quentin-Fallavier, dans l'Isère, Nordahl Lelandais a été deux fois mis en examen, dans les affaires Maëlys de Araujo et Arthur Noyer qui ont tout deux été tués. Pourtant, quand il est apparu devant les jurés du tribunal correctionnel, le mardi 16 septembre 2020, il n'était ni prévenu ni accusé explique Le Parisien.

Vêtu d'un "polo blanc ajusté, coupe de cheveux et barbes impeccables", précise le quotidien, c'est un Nordahl Lelandais bien différent de celui sans cesse grimmé dans la presse, qui s'est montré à la présidente du tribunal correctionnel. Il était propre sur lui, quoique aminci, note encore le quotidien, qui décrit une séance par visio-conférence, coronavirus Covid-19 oblige. Il s'agissait sans doute de faire bonne impression devant une justice dont le maître-chien requiert les services : sa défense a en effet décidé d'attaquer un "expert psy" - c'est ainsi qu'il est présenté sur les plateau qu'il intervient - pour "diffamation".

Qui est cet homme que Nordahl Lelandais poursuit en justice ?

L'homme à qui le conseil de Nordahl Lelandais a décidé de s'attaquer est effectivement un habitué des plateaux. Il s'exprime tant devant les caméras de la télévision que sur les ondes radios. Toujours sollicité pour le même type d'émission, il prend généralement la parole pour "commenter les affaires judiciaires en cours", écrivent nos confrères. Il s'agit de Pascal Neveu.

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.