Nordahl Lelandais a été mis en examen et écroué pour le meurtre de Maëlys, 9 ans, en août 2017. Accablé par certains témoignages terrifiants, il a cependant fait appel à la Cour de cassation. Ce qu'il faut retenir.
Affaire Maëlys : les dernières tentatives de Nordahl Lelandais pour s'éviter la prisonAFP

 

Il risque potentiellement la prison à vie. S'il est poursuivi pour le viol de Maëlys de Araujo, en plus de son meurtre, Nordahl Lelandais pourrait être condamné à une peine de perpétuité réelle, rapporte Le Parisien. Concrètement, cela signifierait donc que la période de sûreté ne serait pas limitée.

A l'évidence, c'est ce que cherche à éviter l'ancien maître-chien, aujourd'hui âgé de 37 ans, qui a sollicité l'expertise de la Cour de cassation et formulé de pourvois. "Pour présenter un visage plus lisse", note le quotidien régional, qui ne manque pas de préciser que l'institution doit rendre sa décision dans la journée.

La tâche a de quoi s'avérer ardue. L'image que Nordahl Lelandais renvoie a de quoi horrifier. L'expertise psychologique, qu'il veut justement faire annuler, est sans concession. "Psychiquement très instable, cet homme a pu s'identifier, au cours d'expériences de dissociations pathologiques, à ses chiens, incorporant leur animalité, leur instincts, perdant ainsi une part de son humanité. Il a exercé une emprise prédatrice sur ses victimes qu'il a déshumanisées, détruites, les réduisant à l'état d'objets qu'il pouvait laisser se décomposer en dehors de tout sentiment de honte et de culpabilité", assène le psychologue qui a pu l'observer. Son rapport ne compte pas moins de 73 pages.

Nordahl Lelandais : un procès perdu d'avance ?

"Arriver devant une cour d'assises en étant suspecté du meurtre d'une enfant, c'est déjà lourd. Quand en plus tous les Français voient en vous un tueur en série potentiel, vous ne partez pas gagnant…", commente un "magistrat d'expérience", interrogé par Le Parisien.

Plusieurs commentateurs dont Stéphane Bourgoin - un "expert" des tueurs en série qui reconnaît désormais avoir menti sur bien des dossiers, comme le rappelle Femme Actuelle - avaient déjà expliqué que le profil de Nordahl Lelandais présentait des similitudes avec celui de tueurs connus. Pour autant, la cellule Ariane fondée par la gendarmerie n'a pas été en mesure de trouver d'autres éventuels crimes à lui imputer, souligne Le Parisien.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.